Paul Furlan (PS), le ministre wallon des Pouvoirs locaux, avait annoncé la couleur : s’ils ne régularisaient pas leur situation, vis-à-vis de leur déclaration de mandats et de rémunération, 41 mandataires locaux risquaient la déchéance.

Après un ultime rappel, 15 d’entre eux n’ont pas profité de l’occasion pour se mettre en ordre. Parmi cette liste, trois conseillers sont issus de la région.

À Charleroi, c’est Laure Lesuisse (FN) qui est concernée. À Farciennes, deux mandataires connaissent le même sort. Il s’agit de Michel Caes (PS), conseiller au CPAS et de la conseillère Laurence Gonze (PS). Depuis hier, ces derniers sont déchus et inéligibles, pour les six prochaines années, comme l’indique le code de la démocratie locale.

Laurence Gonze n’a pas manqué de réagir, par rapport à sa situation. "J’ai, par deux fois, renvoyé mes documents à Bruxelles et Namur, en recommandé. Malheureusement, il manquait un document. Or, celui-ci devait m’être envoyé", se justifie-t-elle. "Entendre le ministre nous décrire comme si nous étions les pires fraudeurs me conforte dans la remise de ma démission. J’ai ma conscience. J’ai fait ce que je devais faire"

À Farciennes, ce départ n’a pas d’impact significatif sur le conseil communal. "Les démissions de Mme Gonze et de M. Caes ne mettent pas la majorité en danger", relate Julien Fanuel, chef de cabinet du bourgmestre Hugues Bayet (PS). "Étant donné l’absence de suppléants, ces deux mandataires ne seront pas remplacés. Par ailleurs, cela nous permettra de réaliser de maigres économies."

Comme l’a rappelé Paul Furlan, à travers un communiqué, "Le code de la démocratie locale et de la décentralisation prévoit une déclaration annuelle de mandats et de rémunération. Cela permet de contrôler le respect des plafonds de rémunération imposés aux mandataires communaux, provinciaux et de CPAS, ainsi qu’aux personnes non élues."

Pour les 15 mandataires déchus, les défauts concernaient leur déclaration de mandat 2014, relative à l’exercice 2013.