Le 7 octobre 2018, au Manège des Champs Elysées, à Gouy-lez-Piéton, cela devait être une belle journée d’automne, placée sous le signe du bien-être des animaux. Devait, car en réalité, la journée a été émaillée par une scène de violence sur l’un des parkings destinés aux visiteurs…

Ce dimanche-là, Turgut a la garde de son fils et décide de passer du temps avec lui. Mais d’après sa version des faits, le comportement d’un bénévole chargé du stationnement des véhicules va mettre le feu aux poudres. « Il m’avait déjà fait une remarque parce que je circulais avec des plaques marchandes sur mon véhicule. Ensuite, il est venu vers moi quand je me suis garé sur le deuxième parking pour me dire de retirer mon véhicule de là. Je pensais à une blague, j’ai refusé et il m’a frappé par-derrière. »

Mais du côté du bénévole incriminé, l’histoire est différente. Turgut s’est stationné sur une place réservée pour les personnes handicapées. « Et mon client est sensible à cette cause puisqu’il est lui-même atteint d’un handicap. Il lui a fait la remarque et le prévenu est sorti de son véhicule pour le tabasser », rétorque Me Cassart, partie civile.

Selon le parquet, des témoins (dont Caroline Taquin, bourgmestre de Courcelles, présente sur place) confortent la version des faits du bénévole. Une peine de 2 ans de prison, avec un sursis probatoire, est donc requise contre Turgut. Jugement pour début janvier.