Très souvent, dans le cadre des dossiers liés à la détention de fichiers pédopornographiques, les autorités judiciaires sont avisées à cause de leur adresse IP. Mais dans certains cas, il est encore possible que les enquêteurs tombent, par hasard, sur des fichiers. Youssouf l’a appris à ses dépens…

En 2020, son GSM a été saisi dans le cadre d’un dossier lié aux stupéfiants afin d’identifier de potentiels contacts dans le milieu de la drogue. Les enquêteurs ont découvert, en réalité, une vidéo pédopornographique.

Lors de son audition, Youssouf était en aveux d’avoir détenu cette vidéo et aussi d’avoir partagé la vidéo à plusieurs amis. Une peine de deux ans de prison ferme avait été requise par défaut. Pour la détention et la diffusion du fichier pédopornographique, mais aussi pour le séjour illégal, Youssouf écope d’un an et deux mois de prison ferme.