Lorsque Jean s’est présenté devant le tribunal correctionnel de Charleroi, il semblait être un homme sans histoire. Pourtant, Jean a déjà été condamné en 1989, 1996 et 2000 pour des faits de mœurs sur des mineurs…

Cette fois-ci, c’est Emile, né en 1986, qui souhaitait plus que tout que le tribunal correctionnel le reconnaisse enfin comme une victime. Entre 1993 et 1997, Emile a été victime d’attentats à le pudeur par Jean. Les faits ont eu lieu dans la voiture quand Jean l’emmenait au tennis ou au football, mais aussi dans le cadre de cours particuliers donnés au jeune garçon.

Mais Jean ne s’était pas contenté de faire du mal à Emile. Il avait également admis avoir agi de la sorte, sans réellement se souvenir des faits, sur Luca et Benoît, les frères ainés d’Emile. Les trois frères ont gardé le secret durant des années avant qu’Emile craque, au début des années 2000, lorsqu’il a vu Jean, assis dans le fauteuil familial, proposant ses services d’instituteur pour la petite sœur.

Le parquet avait souhaité qu’une peine complémentaire d’un an de prison au jugement prononcé en 2000, condamnant Jean à 3 ans de prison avec un sursis probatoire, soit prononcée. Après plus de 20 ans d’attente, le tribunal a enfin condamné l’ex-instituteur à un an de prison ferme.