Selon l'accusatrice, âgée de moins de 16 ans, Pascal le nouveau compagnon de sa mère avait adopté un drôle de comportement. "Elle a expliqué à son père qu'il entrait de force dans la salle de bain, qu'il lui caressait les cuisses et la poitrine et qu'il tenait des propos déplacés du style : "à tes 18 ans, je vais te défoncer le cul" ", expliquait le parquet. Toujours selon cette dernière, sa maman n'avait pas réagi alors qu'elle avait recueilli ses confidences.

Le parquet avait jugé les déclarations de la victime comme crédibles et mesurées. De plus, le frère de l'adolescente avait confirmé avoir assisté à des agissements suspects de la part de Pascal (paroles et claques sur les fesses), tout comme la grand-mère, qui a vu le beau-père toucher les fesses de sa belle-fille. Mais Pascal clamait haut et fort son innocence, en évoquant une manipulation.

Le parquet, qui avait requis une peine d'un an de prison contre Pascal, n'a pas été suivi par le tribunal correctionnel de Charleroi. Le jugement a retenu que les accusations sont empreintes de doutes, tout comme "l'éveil sexuel précoce de la belle-fille." Le beau-père a donc été acquitté au bénéfice du doute.