Charleroi

Hier soir, la ville de Charleroi a rendu public son exercice budgétaire pour l’année 2014. Un budget que les membres de l’opposition ont désapprouvé.

À l’ordinaire, la ville de Charleroi enregistre une recette de l’ordre de 381.945.000 euros mais doit subir une dépense d’environ 384.467.000 euros. La commune accuse donc un déficit de 2.521.000 euros. Pour l’extraordinaire, elle dépensera 69.339.000€ en projet de rénovation de certains bâtiments publics.

Une balance budgétaire légèrement négative qui n’étonne pas le conseiller écologiste, Luc Parmentier. "C’est un budget, tout à fait, habituel, lance le conseiller. Les membres du collège ne font que suivre simplement le plan de gestion qu’ils ont mis en place en 2010. D’ailleurs, les caisses communales seront, normalement, à l’équilibre pour l’année 2015."

Au niveau de la fiscalité, pas une seule taxe ne sera augmentée pour l’année 2014. "C’est normal car la commune a déjà mis les curseurs au maximum qu’elle peut effectuer", souligne le conseiller Luc Parmentier (Ecolo).

L’écologiste regrette également le manque d’innovation en matière de projet. "L e collège raconte qu’il y a un renouveau à Charleroi mais il ne se passe pas grand-chose."

La Ville va , également, diminuer les frais liés au fonctionnement de ses services communaux. Une baisse d’environ 253.000€ est à déplorer. "Elle économise là-dessus alors que les agents communaux sont en manque de tout. La Ville a déjà des difficultés à travailler."

Concernant la zone de police, l’entité a décidé de diminuer son budget. En 2013, elle a dépensé environ 55.200.000 €. Pour 2014, une somme d’à peine 49.200.000€ est prévue. Une diminution de 6 millions d’euros qui a le don d’inquiéter le PTB +. "Alors qu’une ville comme Charleroi devrait avoir 1.058 officiers de police, elle n’en compte aujourd’hui que 898, regrette la conseillère, Sofie Merckx (PTB +). Malheureusement, les futurs agents de police ne veulent plus travailler sur Charleroi. Il est donc impératif de mener une politique visant à engager d’autres policiers. Ceci afin d’augmenter la sécurité de nos citoyens."

Dès le 1ier janvier 2015, la Ville sera confrontée à la réforme liée à l’accès au revenu d’intégration sociale. "Environ 7.000 personnes en plus seront à charge du CPAS", termine Luc Parmentier.

Sofie Merckx (PTB +) indique que le remboursement de l’hôtel de police, à hauteur de 4 millions par an, devra débuter à partir de cette même date.