Benjamin risque 30 mois de prison, mais il affirme avoir voulu épater ses amis.


Benjamin D., trentenaire, est poursuivi pour vente et détention de produits stupéfiants mais également de menaces avec une arme sur une personne qu’il jure connaître.

Entre 2017 et 2019, l’homme se serait mis à la détention et à la vente de cocaïne et de cannabis. S’il reconnaît les faits concernant la cocaïne, il nie pour le cannabis en admettant quand même avoir dépanné un ami à une reprise. "Tout ça a débuté lors de soirées de poker. Mes amis savaient que j’étais un consommateur de cocaïne et me demandaient d’en trouver pour eux", explique le Binchois à la barre. Le 11 mars dernier, à Binche, l’homme est suspecté d’avoir menacé deux personnes à l’aide d’une arme. Complètement saoul après avoir fêté un anniversaire, Benjamin serait monté dans une voiture pour tirer, à trois reprises, en l’air par la fenêtre. "Honnêtement, je ne me souviens de rien. J’étais dans un état second. J’ai juste voulu impressionner mes amis".

Selon le ministère public , la thèse exposée par le prévenu ne tient pas la route. Des images de caméra montrent une tout autre version : "On le voit bien tirer en l’air. Mais on le voit également monter dans la voiture de la victime, alors qu’ils ne se connaissent pas. Il s’agit clairement de menaces". Le parquet requiert une peine de 30 mois de prison.

La défense plaide pour sa part une peine de travail, avant un sursis simple. L’avocate du prévenu, connu pour des antécédents liés à l’alcool, évoque le problème de son client : "Derrière les faits, il y a une réelle problématique avec la boisson. Il n’avait pas l’intention de cibler quelqu’un avec son arme puisqu’il tire en l’air. Il a simplement fait "le Fangio" en rue". Jugement attendu le 31 juillet.