L'histoire s'est déroulée le 9 novembre dernier, à Luttre (Pont-à-Celles). Un ouvrier d'Infrabel, qui était en service de nuit, attendait dans sa camionnette le signal pour retirer un panneau "Hors-service" d'une des voies, près de la gare. Quand une petite main est venue frapper à son carreau : c'était un enfant, d'un peu moins de dix ans, qui attendait à l'extérieur.

L'ouvrier a demandé à l'enfant ce qu'il faisait là et où il habitait. Mais pas rassuré ("je pensais qu'il pouvait s'agir d'un guet-apens", a-t-il expliqué par la suite), il décide d'appeler deux collègues pour qu'ils le rejoignent. Sauf que le temps de raccrocher, l'enfant avait disparu.

Les deux autres ouvriers, qui se trouvaient de l'autre côté de la gare, rappellent l'ouvrier après quelques minutes : ils viennent de trouver l'enfant. Serge, Jérôme et Lucas - les ouvriers - se réunissent alors, et questionnent le jeune garçon pour savoir où il habite. Ce dernier finit par leur donner son adresse. 

Ils se rendent alors sur place, avec l'enfant, mais personne ne répond quand ils frappent à la porte de la maison. Ils appellent la police, qui prend l'enfant en charge en arrivant. Les trois ouvriers peuvent retourner travailler, "mais c'était un petit crève-coeur de laisser cet enfant avec la police, sans savoir si les parents allaient être retrouvés..."

La bonne nouvelle est venue quelques jours plus tard, quand Infrabel a reçu un message sur Facebook : c'étaient les parents, qui ont tenu à remercier les personnes qui sont venue en aide à leur enfant. "Nous vous devons beaucoup, vous avez retrouvé notre fils autiste de neuf ans et demi. Une équipe de chez vous a non seulement pris soin de lui mais a également prévenu la police fédérale qui nous l'a ramené !" écrit le couple, visiblement soulagé. 

C'est Infrabel qui a rapporté cette belle histoire sur son site web.