Charleroi

Le gilet jaune avait été interpellé lors d'un blocage à Couillet avec un sac contenant des engins explosifs artisanaux.

La chambre du conseil de Charleroi a rendu, il y a deux semaines, une ordonnance de surveillance électronique pour Benoît J. Mais le parquet de Charleroi a fait appel de la décision.

L’homme, qui participait au mouvement des Gilets jaunes, avait été interpellé au début du mois de mars. Suite à l'appel du parquet de la décision rendue par la chambre du conseil, Benoît J. reste donc en détention à la prison de Jamioulx.

L'homme, âgé de 22 ans, avait été interpellé début mars lors d’un blocage au rond-point de Couillet. La police, appelée sur place pour une bagarre, avait intercepté plusieurs personnes et trouvé près de Benoît J. un sac plastique contenant une grande quantité d’engins explosifs artisanaux.

Comme l’avait signalé sa compagne, il s’agissait d’un sac qu’il avait ramassé à Feluy et qui contenait des bombes aérosol avec des pétards scotchés dessus. Le juge d’instruction avait inculpé le jeune homme de détention illégale d’explosifs et l’avait placé sous mandat d’arrêt.

Après un mois passé derrière les barreaux, le jeune homme espérait sans doute retrouver la liberté ou son domicile grâce à un bracelet électronique. La chambre du conseil n’y était pas opposée mais le parquet a fait appel de la décision.