Le parquet de Charleroi confirme mardi après-midi qu'un important trafic de drogues a été démantelé la semaine dernière par la police judiciaire locale de Charleroi avec l'aide de la PJF, indique Vincent Fiasse, procureur du Roi de Charleroi. 

La bande est soupçonnée d'avoir livré environ 5 à 6 kilos de drogues par semaine dans la région de Charleroi. Vendredi dernier, deux frères domiciliés aux Pays-Bas, ont été interpellés alors qu'ils amenaient une livraison d'héroïne et de cocaïne à Couillet. Il y a un mois, la section ORA, spécialisée dans la lutte contre la drogue au sein de la police de Charleroi, a été avisée d'un trafic de stupéfiants fonctionnant par le biais d'un call-center. Le responsable de ce call-center prenait les commandes de centaines de clients avant de dépêcher chez eux des livreurs munis de la marchandise, explique le parquet de Charleroi.

Par sécurité, les livreurs louaient des véhicules dans une agence de location en utilisant l'identité de certains des consommateurs. Une enquête a été ouverte sur base de ces informations et des méthodes particulières de recherches ont été mises en place, notamment des écoutes.

Le 12 novembre dernier, le responsable du call-center a eu un accident de la route sur le ring de Charleroi. Dans son véhicule, 120 grammes d'héroïne ont été découverts. L'homme a immédiatement été interpellé. Un des livreurs, identifié, a été intercepté le même jour, précise Vincent Fiasse.

Les écoutes ont également permis aux enquêteurs d'apprendre qu'une grosse livraison en provenance des Pays-Bas était imminente. Une opération a été menée et elle a permis d'interpeller en flagrant délit deux frères. Les deux suspects venaient livrer 1 kg de cocaïne, 1 kg d'héroïne, ainsi que 2 kg de produits de coupe, à un habitant de Couillet, chargé d'effectuer les mélanges avant de fournir le tout au responsable du call-center. Une perquisition a eu lieu à Couillet et 500 grammes d'héroïne ont été saisis, ainsi que tout le matériel nécessaire.

Le responsable du call-center a été placé sous mandat d'arrêt et sa détention a été confirmée pour un mois. Quant à son livreur, il a été placé sous bracelet électronique. La personne chargée de mélanger les produits et les deux Néerlandais arrêtés vendredi, comparaîtront mercredi devant la chambre du conseil. D'après le parquet, la bande est soupçonnée d'avoir écoulé entre 5 et 6 kilos de drogues par semaine dans la région.