C’est la concrétisation des engagements politiques pris sous cette mandature par la majorité PS-C+-Ecolo. À l’initiative de l’échevin de la Voirie Eric Goffart (C +), les modes de passation et conditions de deux marchés publics stock ont été soumis et approuvés en conseil communal, à hauteur d’un investissement de 12,55 millions d’euros. Ils portent sur la rénovation et la sécurisation de routes et trottoirs communaux, mais aussi l’amélioration des cours de récréation d’écoles, d’allées de cimetières, de parkings ou de cheminements d’accès aux centres sportifs.

Les travaux seront exécutés dès 2021 selon une méthodologie innovante en concertation avec le cabinet du bourgmestre, ceux des collègues concernés par les marchés stock : Xavier Desgain, Julie Patte, Mahmut Dogru et Karim Chaïbaï, l’administration (service Voirie, bureau d’étude, division Nature en ville) et la cellule Bouwmeester.

Pour objectiver l’utilisation de ces crédits, il fallait définir des critères et un mode de sélection des projets : le service de la Voirie a établi une liste de 252 rues à réfectionner, soit près de 10 % du réseau communal qui en compte 2 500. Si cette liste tient compte à la fois de l’état de la voirie et de son caractère structurant, elle est appelée à évoluer au gré des urgences.

Dans le cadre de l’élaboration de son projet de ville, la majorité PS-C+-Ecolo a souhaité généraliser l’application du principe Stop. Pour rappel, celui-ci prévoit de prioriser les piétons et les PMR, puis les cyclistes et les transports en commun par rapport aux autres modes de déplacement individuels.

Malgré des arrêts forcés au printemps et des adaptations imposées par la crise de la Covid-19, le bilan de l’année 2020 reste très positif : 55 chantiers ont pu être ouverts et 37 sont déjà clôturés.

En sept ans depuis le lancement des premiers marchés stock, 412 rues de Charleroi ont été rénovées. Grâce à un renforcement de la collaboration entre la Mobilité et la Voirie, tant au niveau des services que des échevinats respectifs, une intensification des aménagements est attendue : depuis janvier, dix kilomètres de nouvelles bandes cyclables ont ainsi été intégrés au réseau. Pour les trottoirs, une large concertation avec les conseils consultatifs et de participation a été imaginée, en vue de coller au plus près des besoins des citoyens.