Qu’est-ce qui a pu provoquer un pareil comportement haineux dans le chef d’Alain, qui a pourtant prêté serment d'Hippocrate ? À l’issue de l’audience, personne ne semble détenir la réponse à cette question. Ni même le principal concerné, auteur de traitement inhumain et dégradant sur ses parents entre 2015 et 2016.

Fort heureusement, le parquet a été avisé de ces faits dégradants grâce à Anne, la fille d’Alain et la petite-fille des grands-parents. Si cette dernière n’avait pas planqué une caméra dans un pot de fleurs pour enregistrer treize vidéos, peut-être qu'Alain aurait comparu devant une autre cour...

Ces vidéos ont été transmises au parquet de Charleroi, qui a immédiatement ouvert un dossier contre Alain. Grâce à sa privation de liberté, le calvaire des parents, qui vivent dans une annexe aménagée au domicile de leur fils à Aiseau-Presles, a pris fin en mai 2016.

Pour bien faire comprendre la gravité des actes, le substitut Vervaeren a sollicité le visionnage de sept vidéos en audience publique. On y voit et entend des choses inqualifiables : "Tu vas fermer ta gueule connasse", "mais qu’il aille crever. Il m’a pris pour son boy." "Si tu continues à me faire chier, je vais te verser de l’eau froide sur la tête", "s’il te plaît, crève et fous-moi la paix."

Outre ces phrases, Alain frappe également sa mère à coups de genou ou de coups de poing à la tête. On entend même cette dernière hurler de douleur… 

Une peine de 5 ans de prison a été requise contre le fils, ex-chef de service dans une clinique et également suspecté d’avoir vidé les comptes bancaires de ses parents. Jugement fin juin.