C’est un public fragile, particulièrement exposé aux risques d’infection car en rue et impossible à confiner : les SDF carolos vont faire l’objet d’une campagne de vaccination ciblée.

"La stratégie a été arrêtée", indique Philippe Van Cauwenberghe qui préside le CPAS et le Relais Social. La période de lancement aussi : ce sera à la fin mai. Le plan a mobilisé plusieurs acteurs de l’urgence sociale, à commencer par le Dr Irène Kremers qui dirige le Relais Santé. Sous sa supervision et celle de son confrère en charge de la coordination du centre de vaccination du CEME, il a été décidé de concentrer les opérations dans les deux principaux centres d’accueil de SDF et sans papiers : le centre de jour Le Rebond, installé au salon communal de Marchienne, et l’accueil de soirée que gère le CPAS dans la rue du Spinois.

"Dans un souci d’efficacité, le choix s’est porté sur un produit à injection unique, le Johnson&Johnson qui vient d’obtenir son visa des autorités de santé. Son administration s’effectuera par vagues successives, selon les besoins. À ce jour, 64 candidats ont marqué leur accord à une vaccination. Des moments ont été définis afin d’y procéder : en matinée à l’accueil de jour, pour capter les personnes qui sont plus présentes à ce moment-là, et en fin d’après midi à l’accueil de soirée, de 17 à 18 heures Une campagne de sensibilisation a été mise en place et des supports traduits en plusieurs langues sont diffusés. Le personnel de première ligne a été préparé à répondre aux questions les plus courantes. Sur place, des équipes d’infirmiers seront mobilisées, avec l’appui des deux médecins de l’ASBL Le Comptoir et du Dr Kremers", nous explique-t-on.