L’histoire est digne d’un Roméo et Juliette contemporain. Jordy et Priscillia sont tous les deux membres de la communauté des gens du voyage. Les deux jeunes tombent amoureux, mais les deux familles ne s’entendent pas. Pourtant, les amoureux voient la vie en rose et filent le parfait amour. En 2016, le couple accueille même un heureux événement.


Cette arrivée dans les deux familles n’apaise pas les tensions. Pire, Jordy et Priscillia ne s’entendent plus comme avant et la mère prend la fuite, empêchant Jordy de voir sa propre fille.

Le 13 janvier 2017, dans le domaine « Pincemaille » d’Estinnes, Jordy et son frère rendent visite à un proche, qui habite non loin de la caravane de Priscillia. 

Sans nouvelles de sa fille, Jordy est mal et souhaite plus que tout mettre la main sur la petite. Il se rend à la caravane de son ex, en compagnie de son frère, avec une machette.

Des plaies à la tête et à la cuisse

Priscillia ouvre la porte et découvre avec surprise qu’il s’agit de son ex. Elle tente de refermer la porte, sans succès. Jordy pénètre à l’intérieur et porte des coups à Priscillia, blessée à la tête, à la cuisse et à la main. La mère lâche sa petite fille et les deux hommes prennent la fuite avec l’enfant dans les bras. 

Le 16 janvier, trois jours après les faits, la petite âgée d’un an est laissée sur le bas de la porte d’une habitation à Anvers, couchée sur le ventre.

Jordy et Tony sont poursuivis pour une tentative de meurtre et pour l’enlèvement de la petite à sa mère. Sophie et François, leurs parents, se trouvent également sur le banc des prévenus, suspectés d’avoir aidé leurs enfants en gardant la petite.

Une requalification et un acquittement

Le ministère public requiert une peine de 4 ans de prison pour Jordy et 3 ans de prison pour son frère, sans s’opposer à un sursis. Une requalification de la tentative de meurtre en coups et blessures volontaires est également requise. 

L’enlèvement de la petite est abandonné, car aucun jugement de la justice n’a fixé de droit de garde à la maman. Malgré la crapuleuse manière de récupérer sa fille, Jordy ne sera pas condamné pour l’enlèvement, tout comme son frère.

Avec l’abandon de la prévention d’enlèvement, un acquittement est requis par le ministère public pour les parents de Jordy et Tony. 

Le jugement sera prononcé le 5 février prochain.