Charleroi

Toutes les zones de police des alentours ont collaboré pour arrêter le fuyard.

Les équipes de plusieurs zones de police de la région ont eu fort à faire dans la nuit de samedi à dimanche. Une Mercedes Vito a été prise en chasse par une équipe de la zone de police Germinalt à Montigny-le-Tilleul. Le véhicule, avec à son bord deux personnes, a circulé durant plusieurs minutes dans les rues de Charleroi et notamment vers la cité Matadi à Marchienne-au-Pont. Un barrage policier a même été installé sur l'avenue Paul Pastur afin de stopper la course folle du suspect mais ce dernier a forcé le dispositif, ce qui a obligé les policiers à user de leurs armes de feu et à tirer, en visant les pneus du véhicule, détaille David Quinaux, porte-parole de la police de Charleroi. Un second barrage a été mis en place par les collègues de la zone de police de Mariemont, venus en renfort, mais le conducteur a de nouveau refusé d'obtempérer, obligeant un policier à faire usage de son arme à feu, en tirant en direction de la vitre du conducteur, sans le blesser, indique le parquet de Charleroi. Entre les deux barrages, le conducteur a déposé son passager, toujours en fuite, précise le parquet. Le fuyard a ensuite emprunté les rues de Mont-sur-Marchienne avant de se rendre vers Montigny-le-Tilleul.

Bloqué par des blocs de béton

Poursuivi par plusieurs équipes des zones de Mariemont, de Charleroi et de Germinalt appelé en renfort, le suspect a emprunté l'accès au parking de l'hôpital André Vésale mais il s'est retrouvé coincé face à des blocs de béton installé sur le parking. Après avoir essayé de forcer et de passer les blocs de béton, l'homme a tenté de prendre la fuite à pied mais il a finalement pu être interpellé. Il est important de souligner le remarquable travail effectué par les différentes zones de police, qui n'ont jamais lâché la cible.

Le suspect, né en 1991, est déjà connu du parquet, notamment pour un dossier de vols où il avait bénéficié d'une libération sous mesures alternatives. L'homme sera présenté ce dimanche devant le juge d'instruction.