Le député fédéral Eric Massin propose que la ligne vers Erquelinnes soit prolongée.

Les bonnes idées que porte la minorité Ecolo au conseil communal de Charleroi semblent inspirer certains membres de la majorité PS. Surtout ceux qui siègent dans l’opposition à la Chambre, comme le député fédéral et président du CPAS carolo Eric Massin. La preuve ? En commission infrastructure, le mandataire a suggéré à la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR) de remettre en service l’ancienne ligne de train entre Charleroi et Paris.

On le sait : le Thalys wallon a été supprimé. Il mettait Charleroi à 2 heures de la capitale française et selon les résultats de fréquentation de 2014, la ligne fonctionnait plutôt bien : 142.000 passagers avaient été recensés lors de la dernière année complète d’exploitation (NdlR : le double du Thalys flamand), soit un taux d’occupation moyen de 52 % avec des pointes à 60 % fin de semaine.

Eric Massin suggère de profiter de la réhabilitation de la ligne 130A vers Erquelinnes Jeumont pour réinstaurer une liaison directe vers Paris via Maubeuge et Saint Quentin. "Cette ligne pourrait être une belle opportunité de rouvrir la Wallonie à la France et de favoriser ainsi l’expansion économique du sud du pays", explique-t-il. "En son temps, cette ligne permettait d’arriver à Paris en trois heures. Elle avait le mérite d’éviter les correspondances, avec des économies à la clé pour les usagers (NdlR : le voyage en TGV au départ de Bruxelles est plus cher)."

Réponse de la ministre : "des études vont être réalisées pour voir si ce service peut revenir dans les plans de gestion d’Infrabel et de la SNCB." Selon Jacqueline Galant, d’autres pistes transfrontalières doivent être examinées pour compenser le manque de matériel de traction.

Le député PS se veut plus optimiste : si les études peuvent être intéressantes, Massin souligne que les travaux ont déjà été effectués et qu’un train TER (Transport Express régional) existe déjà jusque Maubeuge.

Selon lui, "un simple accord sur la répartition du coût d’exploitation entre la SNCB et la SNCF permettrait de le prolonger jusque Paris, sans dépense excessive." De l’eau au moulin d’Ecolo pour un prochain conseil communal à Charleroi.