Le Centre Automobile, qui tient sept concessions dans la région de Charleroi et Thuin jusqu'à La Louvière, lançait ce lundi la construction de son futur complexe Audi. Situé le long de la N5, à Gosselies, à deux pas de City Nord, la concession fera 230 m² de bureaux, 1000 m² de showroom et 1000 m² d'atelier, avec un immense parking, et un espace pour les occasions "Audi approved plus" suspendu en toiture. Ce qui en fera un des plus grands terminaux Audi de Belgique.

"C'est en fait la concession de l'avenue du Millénaire, à Gosselies, qui déménagera ici dans le terminal Audi si tout va bien pour octobre 2021", explique Andrea Gagliardi, CEO Centr'auto Charleroi. "L'ancienne concession sera revue pour accueillir d'autres marques Dieteren (VW, Seat, Skoda, NdlR)."

© Architectural Management

Le bâtiment, visible depuis la N5 mais accessible par la chaussée de Fleurus, sera doté des dernières technologies, autant pour les clients (accessibilité PMR, parking) que pour les travailleurs (automatisation du magasin, outillage, etc.). Des panneaux solaires alimenteront le tout. Enfin, une partie du projet reste toujours à l’étude. En effet, la direction hésite encore à proposer un espace restaurant à un restaurateur, ou à transformer cet espace en bureaux, voire en bureaux partagés.

Le concept de "terminal" est propre à la marque Audi. "L'idée, c'est d'avoir partout dans le monde une même architecture et la même structure interne. Pour que le client ait la même expérience peu importe dans quel pays il se trouve", souligne le directeur Audi Belgique, Stefan Kerckhoven, venu à Charleroi avec la direction Dieteren poser la première pierre symbolique du chantier. Le Centre Automobile, représenté par les époux Gagliardi et leurs deux fils, est partenaire Dieteren depuis 20 ans, cette nouvelle construction servira aussi à fêter cet anniversaire. "D'ailleurs, d'autres nouvelles concessions sont prévues à l'avenir", explique le CEO local.

© van Kasteel

On a profité de l'annonce pour prendre la température du secteur auto, pour voir si on n'avait pas un peu peur, avec la Covid, de se lancer dans une construction de cette ampleur. "Non, parce qu'on n'est pas dans une vision à court terme. On croit à la reprise économique, et on y participe même, je pense", répond Andrea Gagliardi. "S'il n'y a pas de deuxième confinement, nous sommes confiants pour l'avenir. L'année a été difficile, mais les ventes ont repris et sont même en croissance par rapport aux années précédentes. Et la production en usine a déjà recommencé, dans les prochains mois tout problème de stock sera résolu", ajoute Stefan Kerckhoven.

© Google Street