Au Royal Nord, ce vendredi soir, tout le monde y a cru jusqu'à la dernière minute. Jusqu'à la déception. "C'est triste, on y croyait. Mais faut être honnête et rester réaliste, l'Italie a été plus forte", nous confie Claude, en terrasse. "Italiens et Belges restent frères... et c'est mieux d'être éliminé par l'Italie que par la France. Par contre, pour moi il est temps de changer Martinez." À côté, devant la télévision que plus personne ne regarde, Laura renchérit: "Mais à la belge, on continue à boire un verre, la convivialité avant tout. Il faut rester fair-play." Dans ce café, tout le monde supporte la Belgique. Il n'y a que des maillots aux couleurs des Diables.

Les Italiens, eux, sont quelques mètres plus loin, en train de se préparer à faire la fête autour du rond-point du Marsupilami. Il ne faut que quelques minutes pour que les premiers klaxons ne commencent. Mais ils ne sont pas seuls. Des supporters espagnols et même des belges viennent rapidement les rejoindre.

© van Kasteel - très vite après leur victoire, les Italiens sont venus se faire entendre au Marsu

Après les coups de klaxons et les drapeaux aux fenêtres, quelques feux d'artifice dans le ciel de Charleroi. Si c'est calme, presque prostré, du côté de nombreux supporters belges, du côté des Italiens on est prêt à faire du bruit!

© FVH
© FVH
© FVH