Le 1er avril 2021, Ayoub a écopé d’une peine de 6 ans de prison avec un sursis de 2 ans chez nos voisins luxembourgeois pour des faits en lien avec un trafic de stupéfiants. À peine deux mois après, Ayoub comparaît, cette fois-ci, à Charleroi pour des faits similaires.

Le parquet lui reproche la détention de cannabis, de cocaïne et d’héroïne, ainsi que la vente et l’importation des deux dernières substances citées. Le tout, en association avec des dealers en rue et avec la casquette de dirigeant. Pour le substitut Henry, Ayoub était à la tête de l’association, réceptionnait la marchandise avant de la partager à ses vendeurs, sans oublier d’en fixer le prix de vente.

Les vendeurs, eux, se chargeaient de vendre les drogues dures à Gilly et Charleroi. Des écoutes téléphoniques et de nombreuses observations ont permis de mettre en lumière les différentes allées et venues devant le domicile d’Ayoub sur deux ans.

Compte tenu de la récente condamnation luxembourgeoise, le parquet n’a pas requis de peine supplémentaire pour condamner le trafic d’Ayoub. Jugement dans deux semaines.