Charleroi Depuis le mois de janvier, la famille Mittelet accueille Leandra, une étudiante venue tout droit d’Italie.


Grâce à l’ASBL WEP Windrose qui organise les immersions dans un programme scolaire pour les étudiants, la famille Mittelet fait office de famille d’accueil depuis environ un an.

Cette fois-ci, c’est Leandra, 16 ans, qui réside chez eux à Jumet. Attirée par les études à l’étranger, elle s’est tournée vers un séjour d’immersion en Belgique pour une durée de six mois.

Les raisons pour lesquelles Leandra a choisi notre pays sont très simples : c’est un pays chaleureux et en plus, des cours de français sont déjà enseignés en Italie.

C’est à l’Institut Saint-Joseph de Jumet que Leandra suit les cours. Elle est actuellement en 4e secondaire. À son grand étonnement, sa classe s’est montrée très accueillante et dans un esprit d’entraide. Il y a tout de même des grandes différences entre le système scolaire d’Italie et de Belgique. En Italie, l’étudiante commençait tous les jours à 7 h 45 et finissait parfois à 13 h 20 ou 16 h 55. De plus, elle affirme que la pression est plus soutenue dans son pays et la quantité de travaux à réaliser à domicile est beaucoup plus importante. Ici, elle apprend à son aise étape par étape.

En ce qui concerne le mode de vie, elle explique que l’ouverture d’esprit se fait moins ressentir en Belgique : "Ici, on sort beaucoup moins. Par exemple quand je demande à des élèves de ma classe pour faire une sortie après les cours, ils me disent tous qu’ils ne peuvent pas, alors qu’en Italie ça ne se passe pas comme ça."

Aussi, elle avait pour habitude de manger tard le soir aux alentours de 21 h, alors que chez les Mittelet, le repas du soir est prévu en général vers 17 h 30. De même pour les siestes les après-midi devenues un rituel chez les Italiens au point que certains commerces ferment du début d’après-midi jusqu’en début de soirée. Ici, cette pratique n’est pas connue.

Des questions de valeurs diffèrent notamment pour le racisme qui est beaucoup plus présent en Italie selon Leandra.

La langue n’a pas longtemps été un frein pour elle. Le temps d’adaptation a été très rapide malgré quelques difficultés au début, puisqu’elle prononçait seulement quelques mots de français. Aujourd’hui elle est presque bilingue mais garde tout de même un léger accent.

Du point de vue de la famille d’accueil, elle est très contente du parcours de Leandra. Les parents affirment que la jeune Italienne s’est très bien intégrée au sein de la famille et dans la société belge. Ils la considèrent vraiment comme un membre de la famille et l’entente avec les trois enfants est excellente. "On n’a pas envie de la voir partir", déclare la mère de famille.

Leandra s’épanouit dans son immersion et compte bien revenir dans le cadre personnel cette fois.


Participer: WEP Windrose cherche toujours des familles d’accueil en Belgique : http://www.wepwindrose.be/fr