L’échevine de la Culture, Yvonne Toussaint, a écrit aux autorités du pays

HAM-SUR-HEURE Les bibliothécaires du réseau de lecture public de Ham-sur-Heure-Nalinnes sont inquiets. On peut même dire que ce sentiment est présent au sein de tous les réseaux de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

En effet, plusieurs auteurs qui estiment être lésés ont introduit devant la Cour européenne de justice un recours contre l’arrêté royal de 2004, relatif aux droits à rémunération pour prêt public de leurs œuvres. Ils ont eu gain de cause et un nouvel arrêté est en cours d’étude dans notre pays.

“Cela signifie qu’une nouvelle taxe sera mise en œuvre sur la collection. Notre réseau compte près de 50.000 livres, ce qui représente une taxe annuelle de 2.126 €”, explique l’échevine de la Culture de Ham-sur-Heure, Yvonne Toussaint. “Mais les auteurs réclament une rétroactivité jusqu’en 2004. Dans notre cas, cela représenterait une somme de 16.700 € à charge de la commune. C’est énorme.”

À côté de cette nouvelle imposition, les bibliothèques devront continuer à payer la taxe sur le prêt. Jusqu’à présent, le lecteur déboursait 1 € chaque année. Si l’arrêté entre en vigueur, il devra alors payer lors de chaque prêt. “Si ce décret est signé, nous devrions inscrire 22.900 € pour le budget 2013 en culture-bibliothèque. On ne saura pas tenir. Dans la période de crise que nous traversons, c’est assassiner les bibliothèques.

Pour l’échevine, cette décision n’encouragera pas la population à se tourner vers les livres. Elle a envoyé un courrier aux ministres fédéraux francophones, à ceux de la Fédération Wallonie-Bruxelles et à ceux de la Région wallonne pour les sensibiliser à cette menace.



© La Dernière Heure 2012