Des dizaines de millions d’euros investis non pour améliorer l’offre ou la qualité du transport, mais pour faire circuler des trains qui n’arrivent plus à l’heure dans près de 50% des cas, contre 14% précédemment : c’est l’aberration du chantier de modernisation ouvert par Infrabel sur la ligne de chemin de fer 130A, entre Charleroi et Erquelinnes, où plusieurs ponts ont été ou vont être mis en voie unique. Parce que cela affaiblit le seul moyen de transport doux desservant la vallée de la haute Sambre, Charleroi a rejoint les cinq autres communes situées sur le trajet pour demander un réinvestissement dans l’infrastructure existante. Et c’est à l’unanimité que la motion présentée par le groupe Ecolo vient d’être approuvée en conseil communal. Au sein de l’opposition, des bémols ont été exprimés : Pauline Boninsegna (PTB) estime que cette motion manque d’ambition en n’exigeant pas la réouverture de plusieurs guichets de gares. Au nom du MR, Nicolas Tzanetatos pointe des incohérences dans le plan de rénovation. Quant à Jean-Noël Gillard de DéFI, il réclame un surcroît de considération de la SNCB et d’Infrabel pour cette liaison essentielle au désenclavement de ce coin du Hainaut. Elle ouvre aux marchandises une porte sur la France. Quant aux passagers, ils peuvent grâce à elle gagner Paris à des tarifs moindres qu’en TGV.

Davantage d’amplitude horaire, une ponctualité et des fréquences renforcées, des trains supplémentaires le week-end : selon la cheffe de groupe Ecolo Marie-Anne Gailly, c’est ce qu’il faut pour offrir une alternative attractive au tout-à-la-voiture. C’est aussi ce que réclament les membres du comité de ligne, qui déplorent à cause de l’allongement du temps de parcours la perte de correspondances de trains et bus. Dans son texte légèrement amendé, Ecolo fait état d’un surcoût budgétaire de 9 millions pour maintenir le réseau à double voie. Une dépense que ne pourrait vraiment pas se permettre Infrabel, contrainte à des économies ? La question est posée. La motion énumère des investissements de nature à réduire les pertes de temps et à améliorer le confort des voyageurs. Le texte a reçu l’adhésion unanime des élus, ce qui est assez rare pour être souligné.