Gaëtan F. et son ex-compagne avaient vécu ensemble pendant un certain temps. Mais le 4 janvier 2018, la victime avait décidé de quitter définitivement Gaëtan F. Cette séparation avait été mal acceptée par le prévenu. Entre le 4 janvier et le 5 mai 2018, Gaëtan F. est suspecté d'avoir harcelé, menacé, volé et saboté le véhicule de son ex-compagne. Le jour de la séparation, Gaëtan F. s'était emparé du téléphone de la victime avant de le rendre quelques jours plus tard. Ce dernier avait supprimé les contacts masculins, effacé les photos de la fille de la victime, espionné et pris des photos des conversations Messenger et Badoo.

Le 16 février, Gaëtan F. s'était introduit au domicile de son ex-compagne avec un complice pour y dérober un ordinateur, un lecteur DVD et une caisse de sex-toys. Gaëtan F. contestait les faits, mais des voisins l'avaient reconnu en le voyant quitter les lieux avec les différents objets.

Le 30 janvier et le 5 février 2018, la victime s'était rendue au garage automobile. Après un mois de vérification, le garagiste avait constaté que de l'huile de friture avait été versée dans l'huile du moteur du véhicule de la victime.

Quand Gaëtan F. ne pourrissait pas l'existence de la victime, sa nouvelle compagne s'en chargeait, promettant à la victime de "lui faire fermer sa gueule et de lui montrer ce qu'est la vraie vie".

Le ministère public avait requis une peine de 30 mois de prison, sans toutefois s'opposer à une mesure de faveur, compte tenu de l'absence d'antécédent judiciaire du prévenu.

Me Gras, conseil du prévenu, avait plaidé une suspension simple du prononcé, soulignant que Gaëtan F. s'était vengé, "car il a cru découvrir une autre facette de la femme qu'il avait aimée en apprenant diverses choses".