Quand il se présente devant le tribunal correctionnel de Charleroi, Arnaud dégage une attitude nonchalante. Il n’a pas d’avocat, n’a aucun document pouvant prouver un quelconque suivi et semble prendre à la légère les faits qu’il a commis.

Entre juin et décembre 2019, Arnaud a traumatisé et nui à la tranquillité de Jessica, son ex-compagne, en la menaçant ou en débarquant devant son domicile. "Il l’a notamment menacé par téléphone ou lui a montré un couteau qu’il avait sous son t-shirt", explique le parquet de Charleroi, particulièrement inquiet du comportement d’Arnaud.

Ce dernier explique son attitude désagréable par son penchant pour la boisson et par la séparation difficile qu’il a vécue avec la mère de sa petite fille. "C’est toujours moi qui ai élevé ma fille. Si je l'empêche de voir ma fille, je serais en prison." À plusieurs reprises d’ailleurs, le parquet et le juge Davio doivent bien faire comprendre la gravité des actes à Arnaud, qui semble minimiser son attitude.

Une peine d’un an de prison avec un sursis probatoire est requise par le substitut Brichet, pour aider Arnaud à se sortir de sa dépendance. Jugement le 3 juin.