Le parquet de Charleroi et la zone de police Botha ont mené une opération samedi soir dans une habitation privée à Renlies à la suite d'une dénonciation. "C'est le propriétaire d'un club fermé à la suite de la crise sanitaire qui a dénoncé, il y a une dizaine de jours, l'organisation de la soirée échangiste. Ce dernier a transmis des captures d'écran provenant des réseaux sociaux et reprenant les infos pratiques de cette soirée", a signalé le parquet de Charleroi.

Les autorités judiciaires sont descendues sur les lieux pour mettre fin à la soirée échangiste avec des policiers de la zone Botha, ainsi que l'Afsca, l'Onem, l'Inasti, les douanes et le SPF Economie. "Il y avait 75 personnes et les deux propriétaires des lieux sur place. Nous sommes intervenus en flagrant délit Covid, mais la soirée ne faisait que débuter. Tout le monde était encore habillé. Sur place, il y avait également un disc-jockey et une personne chargée de faire le service. Il y avait des repas, une carte avec des boissons et des pièces aménagées pour diverses activités."

L'auditorat du travail a été avisé des faits. Des scellés virtuels ont été placés sur les lieux. "Les lieux sont prévus, au départ, pour une activité de coiffure et de fitness. Évidemment, les propriétaires n'ont plus le droit d'organiser ce genre de soirées et devront probablement s'acquitter de lourdes amendes et de futures poursuites judiciaires", a conclu le parquet de Charleroi.