"Certains prétendent que le vrai bureau de Gaston se trouvait au boulevard Tirou, et le lieu s'y prêtait bien avec la grande librairie Molière juste à côté", note Paul Magnette, le bourgmestre local devant les 300kg de résine et de métal qui devraient permettre à la statue de tenir dans le temps : "la première vague de statues liées à la BD date d'il y a des nombreuses années, et les matériaux utilisés n'ont pas tenu l'épreuve du temps".

Prévue à une échelle presque humaine pour pouvoir prendre des selfies et faire vivre la sculpture, la figurine du personnage de Franquin est en trois parties: sa Fiat, "mal garée, de traviole et là où on ne peut pas, comme un vrai Carolo" plaisante Magnette; Gaston, très étonné ("m'enfin!") de voir un panneau spécialement placé pour sa voiture - on imagine l'agent Longtarin à l'affut non loin; et le panneau d'interdiction de stationner une Fiat sur la place.

© van Kasteel

Il s'agit d'une collaboration des éditions Dupuis et de la Ville de Charleroi, les premiers voulant s'inscrire "dans le rayonnement culturel de Charleroi", d'après Julien Papelier, le président de Dupuis dont le siège social est à Marcinelle, et réaliser une opération marketing par la même occasion; les seconds pour apporter de l'art en ville et "réinstaller la BD dans l'espace public carolo, montrer que nous sommes fiers de l'école de Marcinelle (style de bande dessinée, NdlR)" a insisté le bourgmestre. La confection de la statue a été confiée à Luc Cauwenberghs, qui épaulé du dessinateur de BD et grand fan de Gaston, Fred Jannin, a travaillé près de deux ans sur l'oeuvre. On doit déjà à l'artiste tervurenois la statue de Spirou devant la gare de Charleroi-Sud, et dans quelques mois le nouveau Marsupilami qui remplacera l'ancien sur le rond-point de la ville haute "dont la plupart des gens ne connaissent pas le nom, puisque tout le monde l'appelle le rond-point du Marsupilami" glisse Paul Magnette.

Pour l'anecdote, après des mois et des mois de réflexion, de scénarisation pour voir quoi proposer, où placer la statue, de tergiversations pour avoir pile les couleurs de la bande dessinée et les carreaux noirs et blancs du capot de la Fiat à la bonne taille, que l'inclinaison des roues soit bonne, de minutie pour reproduire en 3D le nez de Gaston Lagaffe... "on s'est soudain rendus compte que l'intérieur de l'habitacle était vide! C'est la voiture de Gaston, et dans la voiture de Gaston il y a du brol", explique Fred Jannin. "Il y a probablement les contrats de De Mesmaeker quelque part là-dedans", reconnaît-il plein d'humour.