Près de 120 policiers locaux encadreront les festivités lors du carnaval de Charleroi.

L’ombre de l’alerte terroriste de niveau trois plane sur le Roi carnaval. Mais à Charleroi, on est bien décidé à faire la fête en ce Mardi gras, avec la même verve que les années précédentes.

Pas question d’interdire un quelconque déguisement tendancieux, vu l’actualité mondiale. De toute façon, les Carolos préfèrent nettement se grimer en héros de BD ou de dessins animés.

La police locale, elle, arborera deux tenues d’apparat : l’uniforme et le civil. Au total, près de 120 policiers surveilleront le bon déroulement des festivités. Ainsi, 45 policiers se chargeront du maintien de l’ordre. "Une section s’occupera des éventuelles arrestations administratives et judiciaires. Elle bénéficiera d’un appui d’inspecteurs en civil qui repéreront les fauteurs de troubles", explique l’inspecteur principal David Quinaux, porte-parole de la zone de Charleroi. "Une section canine sera également présente. En outre, 38 hommes seront affectés à la circulation et seront aidés par 36 signaleurs qui aiguilleront le cortège."

La police de Charleroi signale que tout fauteur de troubles fera l’objet d’une arrestation administrative et sera immédiatement ramené au poste. S’il s’agit d’un mineur, ses parents seront convoqués.

Enfin, il est interdit de détenir ou vendre des bombes de mousse et de couleur. Toute personne qui sera trouvée en possession d’un tel objet fera l’objet d’une saisie. Les confettis et serpentins, par contre, sont autorisés.