Quelques jours avant les fêtes de fin d'année, Sameur a eu la désagréable surprise d'apprendre qu'il venait d'être condamné à 8 mois de prison par défaut pour avoir frappé son épouse, le 22 décembre 2020, à Charleroi. Positif au Covid lors de son procès, Sameur avait été jugé par défaut avant de former opposition au jugement.

Le jour des faits, ce dernier a eu une attitude déplorable en s'emportant violemment sur sa compagne lors d'une dispute. "Il souhaitait voir sur le compte bancaire de sa femme si les allocations familiales avaient été versées. Mais la victime avait changé le code d'accès de l'application mobile de la banque. Il l'a repoussée."

Également poursuivi pour une menace juste après avoir repoussé la victime, Sameur a finalement été acquitté de cette prévention, au bénéfice du doute. Le parquet avait requis la confirmation de la peine prononcée, sans toutefois s'opposer à un sursis simple. Mais la défense a finalement obtenu la mesure de faveur qui avait été plaidée: une suspension simple du prononcé de 3 ans.