Deux ans de planification et d’élaboration plus tard, les chantiers administratifs de l’échevinat de l’Urbanisme et de Logement vont commencer à se concrétiser à Charleroi. L’échevine chargée de ces matières, Laurence Leclercq (PS), est partie à la rencontre des opérateurs du secteur : elle a voulu prendre le temps de l’analyse des dossiers pour tracer sa feuille de route. Dans les mois à venir, les réalisations vont se succéder. "Nous allons les édifier sur les fondations solides que nous avons installées", explique-t-elle.

C’est d’abord dans le domaine de l’orientation des citoyens que des projets vont émerger. "Au quotidien, nous avons constaté que les particuliers se perdaient dans le dédale des structures, ils ne savent pas ni où ni à qui s’adresser pour effectuer leurs démarches. Pour les aider, nous avons imaginé un guide qui sortira au début du printemps. Il s’adresse à toutes les catégories d’habitants, du propriétaire jusqu’au SDF en passant par le locataire, le senior, l’étudiant, la famille nombreuse."

C’est ensuite dans le domaine de la simplification administrative que la Ville veut avancer en 2021. "L’introduction de demandes de permis est complexe", note l’échevine, "le citoyen est confronté à des procédures qui relèvent parfois du vrai parcours de combattant. Pour lui faciliter la vie, nous avons décidé de clarifier notre page web urbanisme et d’y mettre à disposition des demandes de permis déjà partiellement complétées."

Enfin, tertio, la ville va participer avec la Sambrienne et les opérateurs du secteur à la création d’un pôle logement au siège administratif de la société publique d’habitations, sur le boulevard Bertrand. Objectif : créer une plateforme du Logement sur Charleroi, un véritable "guichet unique". "Il est prévu d’y travailler en réseau avec les opérateurs du public et du privé pour répondre aux besoins de notre population", explique Laurence Leclercq. Tout sera organisé pour bien encadrer les rendez-vous et offrir un accueil et une écoute attentive à chacun. L’ambition est d’inaugurer cet outil dès que le déconfinement le permettra. Président de la Sambrienne, Maxime Felon insiste sur le caractère innovant du projet.