En alliance depuis plusieurs législatures, la bourgmestre envisage autre chose

Quel programme imaginer, dans une commune où de l’aveu même de ceux qui n’en font pas partie, la majorité a plutôt bien travaillé ? Véronique Cornet emmène sur sa liste les échevines sortants. Ceux et celles qui ont, comme elle dit, mis les mains dans le cambouis pendant la législature précédente.

Cette dernière voit pour l’avenir immédiat une accentuation des mesures prises pour la sécurité des personnes et des biens, mais aussi la nécessité de solutions aux problèmes de mobilité qui se posent, en raison de l’intensité du trafic sur les grandes voiries comme la route de Beaumont, avec les conséquences de ce trop plein de trafic pour les rues de délestage.

Pour le reste, il s’agirait de poursuivre et d’achever ce qui a été entamé, d’accentuer encore les synergies déjà réussies entre commune et CPAS.

À cet égard, la bourgmestre ne manque pas de se féliciter de la particularité de Montigny : on y trouve un receveur commun, pour la commune et le CPAS, ce qui constitue un cas particulier, sinon unique en Wallonie. L’hôtel de ville nouveau ouvrira ses portes l’an prochain : ce sera l’occasion de donner un usage plus proche encore du citoyen à l’actuel bâtiment.

La majorité sortante est faite d’une alliance avec le CDH. La précédente était composée du MR et du PS. En 2006, les libéraux avaient décroché 11 des 21 sièges, le CDH s’en attribuant quatre. L’un d’eux, Francis Bruyndonckx, siège depuis lors comme indépendant.

Et après le 14 octobre ? “Si j’ai treize sièges, je vais seule”, annonce Véronique Cornet. Et s’il fallait s’allier ? “Ce serait avec le CDH, et particulièrement avec Anne-Marie Corbisier, parce qu’elle travaille”.



© La Dernière Heure 2012