Inconnu des autorités judiciaires et des autorités policières, Valentino semble être un jeune homme de 26 ans qui ne franchit jamais les limites. En tant qu’agent de gardiennage, il lui est encore plus important de ne pas se faire remarquer. Pourtant, la nuit du 9 au 10 mars dernier, Valentino a « perdu les pédales » en réagissant de manière disproportionnée.

Valentino est convoqué ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour une entrave méchante à la circulation et une rébellion armée. La plupart du temps, quand le tribunal est amené à examiner ce genre de dossiers, les prévenus sont en infraction et tentent de semer la police : défaut d’assurance, alcoolémie, déchéance du permis de conduire, etc. Mais Valentino, lui, était totalement en ordre. Son seul défaut était de ne pas porter sa ceinture de sécurité. De son propre aveu, le jeune homme explique avoir « paniqué, de peur de recevoir une amende. »

Et à cause de cette peur, Valentino a pris tous les risques pour fuir la police. La course-poursuite a démarré au rond-point du Marsupilami, s’est poursuivie du côté de Montigny-le-Tilleul pour s’achever à Mont-sur-Marchienne. Une équipe de la zone Germinalt a donné un coup de main aux équipes de la police de Charleroi. Durant les quinze minutes de la poursuite, Valentino a pris des ronds-points à contresens, est monté à 160 km/h, a forcé deux barrages et embouti 4 voitures de police. Deux policiers ont été contraints de se jeter sur le côté pour éviter de se faire « embarquer » par la voiture de Valentino.

Le substitut Lafosse, qui était de garde au moment des faits et avisé des faits, n’arrive toujours pas à comprendre la réaction de Valentino. Une peine de travail de 100 heures est requise pour ne pas compromettre la vie professionnelle de Valentino. Jugement le 3 février prochain.