La situation est des plus préoccupantes chez la compagnie low cost, Ryanair. Celle-ci a fait savoir à son personnel belge que cela ne sera pas 106 licenciements qui auront lieu mais 200. Ceux-ci concernent notamment le personnel de cabine. Mais cela ne s'arrête pas là, 66 pilotes sont sur le point de perdre également leur emploi. Ce licenciement va toucher les travailleurs de Ryanair autant à l'aéroport de Bruxelles, qu'à celui de Charleroi.

C'est la troisième fois que la compagnie d'aviation annonce des mesures de licenciement. A chaque fois, il y a eu une augmentation du nombre de suppressions d'emplois.

Selon Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE: "ce licenciement est illégal. La compagnie ne respecte pas les législations. Il faut interdire à cette entreprise qu'elle fasse ces licenciements". De plus, les syndicats demandent au gouvernement et plus particulièrement au ministre de l'Emploi qu'il fasse respecter la législation. D'ailleurs, ce dernier vient de désigner un conciliateur pour essayer d'apaiser les tensions entre les syndicats et la compagnie.

De plus, Ryanair demande toujours des rabais pour faire atterrir et décoller ses avions. Pour obtenir gain de cause, elle utilise souvent le chantage visant la fermeture de ses bases. La compagnie a quitté l'aéroport de Düsseldorf. Celui-ci refusait de baisser ses tarifs. 

Cependant, Charleroi bénéficie d'une base vitale pour la compagnie aérienne. Même si la situation est à surveiller attentivement, rien n'indique le départ de Ryanair du territoire carolo. Toutefois, il faut rester sur ses gardes.