Charleroi

Sébastien Brohette, c’est de lui qu’il s’agit, veut regoûter aux joies de la production artistique. "La production c’est ma vie", murmure ce Carolo de 49 ans. 


Avec son père Michel et l’ami Christian Delens, il s’était livré à cet exercice durant de longues années. De 1988 à 2006. "Nous avions commencé par une petite fête de village à Presles avec un festival du rire et Vincent Lagaf’à l’affiche. Nous faisions dix à quinze dates au PBA de Charleroi par saison avec divers artistes. Au Temps Choisi, à Mont-sur-Marchienne, au Vaudeville où nous avions placé Roland Magdane".

La liste complète des artistes bookés serait trop longue : Sheila, Sim, Les Charlots, Chantal Goya, Chantal Ladesou, Laurent Gerra, Michèle Bernier, Pierre Palmade, Michèle Laroque, Dany Boon et même, on s’en souvient, les girls du Lido de Paris. Sans oublier un certain Vincent Lagaf’qui deviendra son témoin de mariage en 1997 lorsque Sébastien dit oui à Carine, la mère de ses deux fils.

Sébastien Brohette vient de reprendre le Nophil, place de la Digue à Charleroi.

© D.R. - avec l'ancienne patronne, Catherine, qui a ouvert le Nophil il y a 4 ans

Il veut en faire un tremplin pour des artistes en herbe. "Je vais mettre la scène de l’établissement à la disposition des jeunes artistes de notre région, qu’ils soient chanteurs, humoristes, musiciens, peu importe, l’objectif est de leur donner une opportunité de se faire les dents, d’affronter un public. J’envisage dans un premier temps de les accueillir les vendredis soir, on peut songer par la suite à dédier une soirée uniquement aux humoristes du stand up".

Ce retour aux sources pour Sébastien Brohette pourrait déboucher sur une visite de l’ancien animateur du Bigdil. "On l’oublie un peu mais avant de faire de la télé avec un succès phénoménal, Vincent Lagaf’a triomphé seul sur scène pendant une quinzaine d’années. En France, il est le parrain de l’association Les Nez Rouges qui offre du bonheur aux enfants malades hospitalisés. Plusieurs humoristes français lui donnent de leur temps. Je vais proposer à Vincent de venir parrainer une soirée au Nophil, les recettes générées par sa présence seraient versées à une association carolo".

Y a plus qu’à… Bip bip !