L'intention d'homicide a elle été établie par le nombre important de coups portés, les endroits visés (essentiellement la tête), la détermination avec laquelle l'accusé a agi, l'acharnement dont il a fait preuve et la violence du dernier coup, considéré comme fatal par le médecin légiste. De plus, Yasin Driessens a refusé d'appeler les secours.

Le 8 juillet 2018, Romain Martin a été agressé par trois jeunes, dont deux mineurs, dans le centre de Châtelet, car ces derniers lui reprochaient d'être violent avec sa compagne, ce qui n'était pas la réalité.

Alors que sa compagne, ivre, était montée dans un taxi, Romain Martin s'était caché dans un parking situé le long de la rue de Loverval, derrière un buisson. Il a été frappé par les deux mineurs - qui ont été renvoyés devant le tribunal de la jeunesse pour répondre de coups ayant provoqué la mort sans intention de la donner.

L'un deux et Yasin Driessens ont ensuite transporté Romain Martin à l'entrée du parking. Alors que les mineurs étaient partis, Yasin Driessens est resté de longues minutes près de la victime, refusant que quelqu'un appelle les secours. Alors que Romain tentait de s'exprimer et de se relever, Yasin Driessens lui a porté un violent coup de pied à la tête, un "tir de pénalty" comme il l'a décrit lors de l'instruction d'audience. Des témoins ayant assisté à la scène ont affirmé avoir été choqués par la violence des coups portés à la victime.

Le débat sur la peine aura lieu vendredi.