C’est peu de dire si ces places libérées aujourd’hui pour accueillir les malades du Covid, qui n’ont toutefois plus besoin d’un suivi médical aussi permanent qu’à l’hôpital, étaient attendues… Ce jeudi, face au cri d’alerte lancé depuis plusieurs jours par de nombreuses institutions hospitalières, le Gouvernement wallon a, par la voix de la ministre de la Santé, Christie Morreale, annoncé la création de "places d’accueil pour soulager les hôpitaux et héberger des patients qui nécessitent un suivi médical léger". On évoque au sein du Gouvernement "une première vague de 168 places", pour ces malades positifs qui peuvent sortir de l’hôpital.

Ces derniers pourront être accueillis dans des centres de convalescence et de revalidation, "qui offrent des services de soins de qualité et dans le strict respect des règles sanitaires""Ce système doit à la fois permettre de soulager d’urgence les hôpitaux et continuer d’offrir des soins de qualité aux personnes qui se remettent d’une hospitalisation de covid-19 et qui ne peuvent pas encore rentrer chez elles. Ces opérations se feront sous une supervision médicale et en parfaite collaboration avec les hôpitaux et ces structures de convalescence", a indiqué Christie Morreale.

Concrètement, dès lundi, trois structures commenceront donc à ouvrir des places… une à Morlanwelz (30 places) et deux à Spa en province de Liège.

Au centre de revalidation des mutualités chrétiennes à Spa-Nivezé, 15 lits seront activés dès lundi avec une augmentation par tranche de 15 lits toutes les semaines pour atteindre, à terme, une capacité maximale de 88 lits. À Spa toujours, au centre de convalescence des "Heures Claires", 20 lits seront activés dès mercredi. Une ouverture de 30 lits supplémentaires est prévue pour le 12 novembre. L’établissement pourra donc mettre à disposition 50 lits de convalescence.

Un montant de 683.000 euros sera dégagé par la Wallonie pour mettre en œuvre cette mesure. On précise encore à la Région que "ces places, libérées par convention avec la Wallonie, seront disponibles pour une durée de deux mois, pour les mois de novembre et décembre 2020, avec possibilité de prolongation si nécessaire. Elles permettront une prise en charge adéquate des personnes de 1 à 3 semaines maximum avant que ces dernières ne rejoignent leur domicile".