Alléluia : le RFCL a son stade !

20 ans, pas une année de moins, tel est le temps qu’auront dû attendre les fervents mais toujours nombreux supporters du club de Liège (le seul et le vrai ?), le Royal football club de Liège… Depuis 1994 en effet, le RFCL est sans stade fixe.

Bechet Marc
Alléluia : le RFCL a son stade !

20 ans, pas une année de moins, tel est le temps qu’auront dû attendre les fervents mais toujours nombreux supporters du club de Liège (le seul et le vrai ?), le Royal football club de Liège… Depuis 1994 en effet, le RFCL est sans stade fixe.

Passons sur ces années sombres durant lesquelles les joueurs, virés de Rocourt, ont évolué tant à Eupen qu’à Visé, Verviers et même Sclessin… pour atterrir à Seraing depuis quelques années; aujourd’hui, c’est un vrai stade, tout neuf, qui est promis, tant par la Ville de Liège que par le club. Et cerise sur le gâteau, c’est à Rocourt, dans l’ancienne caserne de la rue de la Tonne qui devrait prochainement être acquise par la ville de Liège, que le stade serait installé, retour aux sources.

Au programme : une école des jeunes avec 4 stades synthétiques, une cafétéria, des vestiaires et un hall sportif, on le savait. On le savait moins toutefois, c’est finalement dans ce même espace que le stade pro serait érigé.

"Cela fait un certain temps que nous cherchons un terrain susceptible d’accueillir le stade", expliquait tout sourire ce jeudi Willy Demeyer, bourgmestre de Liège, qui n’a pas manqué de saluer au passage la persévérance des supporters. "Il y avait une dizaine de possibilités, nous sommes tous tombés d’accord sur une évidence". L’évidence, c’est Rocourt; le RFCL doit donc renaître de ses cendres (jamais éteintes) dans son quartier. Avec l’accord du club, la Ville cédera un espace à côté de l’école des jeunes, via un bail emphytéotique. Le club prendra à sa charge la construction du stade (endéans les 5 ans). Le président Jean-Paul Lacomble parle de 8 millions d’euros…

Ce dernier, qui n’a pas manqué de souligner le soutien permanent de Liège mais aussi de Seraing, se réjouissait surtout de pouvoir enfin cicatriser une plaie ouverte depuis trop longtemps mais aussi de "jouer un rôle social et sociétal". "Il s’agit d’inscrire le club dans la vie liégeoise", précisait-il. Outre l’école des jeunes, on parle d’un véritable instrument de formation fondée sur un état d’esprit constructif et citoyen, sur l’esprit du club.

20 ans après l’expulsion, on est donc en passe de retrouver ici, à Rocourt, un stade… point de gigantisme néanmoins mais un stade de 8.000 places qui permettrait de se stabiliser en D 2, c’est déjà pas mal !

M.B.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be