La panthère des neiges se serait montrée menaçante (sondages)

Un garde a été confronté à l'animal dans l'enceinte du parc et n'a eu d'autre choix que de tirer sur l'animal.

BELGA
La panthère des neiges se serait montrée menaçante (sondages)
©Photo News

La panthère des neiges qui s'était échappée mardi du Monde Sauvage d'Aywaille a dû être abattue dans la nuit de mardi à mercredi, rapporte la RTBF mercredi matin sur ses ondes.

Un garde a été confronté à l'animal dans l'enceinte du parc et n'a eu d'autre choix que de tirer sur l'animal, a expliqué le directeur du parc, Joseph Ranson. La panthère des neiges, arrivée il y a deux semaines dans le parc en provenance d'un zoo autrichien, s'était échappée mardi matin vers 10h en brisant une vitre. Des recherches avaient été lancées dans le courant de la journée.

L'animal n'a été localisé que dans la nuit de mardi à mercredi et a dû être abattu.

"En arrivant à la limite de la propriété vers un fourré, mon fils a entrevu, à la lueur des phares de la voiture, l'animal. Il se dirigeait vers un (autre) fourré, assez dense. Le vétérinaire s'est positionné à cent mètres, pour essayer de tirer l'animal avec le fusil hypodermique, pendant que le garde-chasse tentait de le faire sortir du fourré", explique, M.Renson, le responsable du parc. Quelques minutes plus tard, le garde-chasse s'est retrouvé face à l'animal. Le félin se montrant menaçant, "il a réagi immédiatement; il a visé l'animal et a tiré", conclut-il au micro de RTL TVi.


Gaia demande une enquête

"Comment se fait-il que cet animal a pu s'échapper? Comment se fait-il que le personnel du parc n'était pas muni de flèches narcotiques?", s'interroge Michel Vandenbosch, le président de Gaia, sur le site internet de La Première, radio de la RTBF. Michael Vandenbosch s'adresse donc directement à Laurette Onkelinx, la ministre en charge du bien-être animal, et souhaite qu'une enquête soit menée.


Le Monde Sauvage "ouvert à tout contrôle"

Joseph Renson, le propriétaire du Monde Sauvage à Deigné (Aywaille), le parc animalier où un léopard des neiges a été abattu dans la nuit de mardi à mercredi, s'est dit "ouvert à tout contrôle". "Nous détenons les animaux dans des conditions optimales de sécurité", a assuré mercredi le propriétaire des lieux en réponse à la demande d'enquête formulée par GAIA, l'organisation de défense des animaux. GAIA veut faire la lumière sur le décès de l'animal mais surtout sur les raisons de sa fuite intervenue mardi vers 10 heures. L'organisation souhaite que la ministre Laurette Onkelinx, notamment en charge du Bien-être des animaux, enquête sur les circonstances de la mort de l'animal.

Le léopard des neiges a brisé une vitre avant de s'enfuir. "La glace est prévue pour résister à un choc avec un animal d'une quarantaine de kilos. Il était donc dans un endroit totalement sécurisé", estime Joseph Renson.

Lors de l'inspection du parc mercredi après-midi, le bourgmestre Philippe Dodrimont, accompagné des pompiers, a constaté les dégâts survenus dans l'observatoire où se trouvait le léopard des neiges: "On voit la vitre brisée en son coeur. Ce n'est donc pas un défaut de la paroi."

Quant aux circonstances du tir, qui provoque l'ire de GAIA, Joseph Renson réplique. "On souhaitait que l'animal se dirige vers les vétérinaires qui attendaient plus loin avec le matériel adéquat mais l'animal s'est montré très agressif envers le garde qui se trouvait à quelques mètres de lui. Il n'a pas eu d'autres choix à ce moment-là que de l'abattre."


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be