Lucien Pirson: Les adieux d’un monument de la natation

À bientôt 90 ans, Lucien Pirson, emblématique coach liégeois, a choisi de prendre sa retraite sportive.

Eric Matroule
Lucien Pirson: Les adieux d’un monument de la natation

À bientôt 90 ans, Lucien Pirson, emblématique coach liégeois, a choisi de prendre sa retraite sportive.

Lucien Pirson est un monument de la natation belge. Depuis des décennies, il a vu défiler et a fait éclore bien des nageurs de talent. Passionné, il pourrait vous parler des heures durant de ses aventures. Mais il n’y en aura plus d’autres. Car, fin juillet, à l’issue des Nationaux jeunes, Lucien Pirson a définitivement pris sa retraite sportive.

"Je vais avoir 90 ans et, malheureusement, mon dos me fait trop souffrir", concède l’homme qui entraînait toujours au Perron (club issu de la fusion entre Ch. Th.N et Embourg Natation).

Cela faisait plus de 60 ans qu’il exerçait en Wallonie, en Belgique ou à l’étranger. Pourtant, sa décision ne fut pas trop difficile à prendre. "Cela faisait quelques mois que je restais attablé et statique lors des entraînements. Dans ces conditions, je ne correspondais plus à la vision que j’ai du rôle d’entraîneur. Le contact avec les jeunes me manque davantage que l’odeur du chlore."

Lucien Pirson a gardé l’œil vif et ne veut pas sombrer dans la sédentarité. "Je viens boire, quotidiennement, mon café dans la galerie à Belle-Ile. Je lis le journal pour rester informé. J’attends avec impatience le 22 septembre. J’ai rendez-vous avec le chirurgien et j’aimerais me faire opérer pour retrouver plus de mobilité. En attendant je vais probablement me mettre à étudier l’allemand."

Bien qu’il fût entraîneur national à Munich (1972), Montréal (1976) et Los Angeles (1984) lors des Jeux Olympiques, Lucien Pirson n’est pas tombé dans le monde de la natation dès son plus jeune âge. "J’ai commencé par jouer au football en prenant part à quelques rencontres avec les jeunes du Standard. Ensuite, j’ai rapidement intégré le milieu de la boxe. Ma maman n’appréciait vraiment pas. Elle me répétait que j’allais avoir le nez de travers et les oreilles décollées. (rires) À l’époque, je pesais 47 kilos. Je n’ai appris à nager qu’à l’âge de 17 ans pour incorporer une équipe de water-polo. Ce sont des amis qui m’ont incité à rejoindre le Mava club de Liège."

Aujourd’hui, quiconque a fait de la natation ne peut ignorer qui est Lucien Pirson. Un nom que le petit milieu des bassins n’est pas prêt d’oublier.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be