Des pistes pour lutter contre le harcèlement à l’école

L’enseignement provincial partage ses pratiques avec des partenaires européens.

Defgnée Jessica
Des pistes pour lutter contre le harcèlement à l’école

Moqueries, insultes, brimades… sont malheureusement fréquentes à l’école… Et quand cela devient récurrent et vise la même personne, on peut clairement parler de harcèlement ! Un phénomène qui peut se manifester dès les primaires, pas toujours visible et face auquel les équipes éducatives sont parfois démunies !

Au sein de l’athénée Guy Lang à Flémalle, l’un des 14 établissements d’enseignement secondaire organisés par la Province de Liège, le harcèlement en milieu scolaire y est abordé depuis plusieurs années, notamment à travers des vidéos de mise en situation réalisées par des élèves. Une permanence y avait même été mise en place afin de recueillir le vécu d’élèves mais celle-ci a fini par s’essouffler, ne rencontrant pas le succès escompté… C’est alors que la Province de Liège a initié un projet pilote de lutte contre le harcèlement en milieu scolaire, dénommé P.E.S.H (Pour une École Sans Harcèlement). Projet à ce jour déployé au sein de quatre établissements, dont Guy Lang, qui a d’abord consisté à former le personnel à la détection de situations de harcèlement et aux actions à mettre en œuvre pour y remédier.

"Je trouvais qu'il y avait pas mal de prévention en la matière mais ça manquait de cadre structurant pour agir face à une situation qui se présente", a indiqué mardi la députée provinciale en charge de l'enseignement, Muriel Brodure-Willain, à l'occasion d'une visite de partenaires européens à l'athénée de Flémalle.

Décret à venir

En effet, à travers P.E.S.H, la Province de Liège est intégrée dans un projet européen baptisé FABAS (Fight Against Bullying At School) rassemblant, outre la Belgique, la France, l’Italie, l’Espagne et la Lituanie et visant à permettre aux partenaires d’échanger leurs expériences et pratiques. Ce mardi, c’est à l’athénée Guy Lang que les partenaires se sont retrouvés, en présence de la ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir.

La ministre a annoncé avoir proposé au gouvernement d’adopter des orientations en matière de lutte contre le harcèlement et le cyber-harcèlement, à traduire dans un décret. L’objectif est de lancer un programme d’actions dès janvier 2023, sur base d’un appel à candidatures, au sein de 200 écoles dans un premier temps.

"Ce programme reposera sur des actions minimales à mettre en place, à savoir des cercles régulés de parole ; une formation du personnel et une procédure de signalement de faits. À côté de cela, des actions pourront être développées par les écoles sur base de leurs réalités propres", a précisé la ministre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be