Assises : un portrait peu flatteur de l’accusé

Neupré Laurent Silien est accusé du meurtre de sa compagne Karine Iskounene.

Belga
Assises : un portrait peu flatteur de l’accusé
©BELGA

Laurent Silien, un Liégeois de 38 ans accusé de vol avec circonstance aggravante de meurtre sur sa compagne, a été interrogé lundi lors de son procès à la cour d’assises de Liège.

L’accusé reconnaît avoir tué sa compagne Karine Iskounene à l’aide d’une batte de baseball, lors d’une dispute le 3 juillet 2019 à Neupré. Ce jour-là, une dispute éclate chez la victime. Karine Iskounene reprochait à Laurent Silien des problèmes financiers, le fait qu’il ne ramenait pas beaucoup d’argent au domicile et qu’une somme de 2 000 euros lui avait été prise. Elle lui a également dit qu’elle voulait le quitter.

"Elle pleurait et était fâchée sur moi, ce qui est compréhensible. On a discuté et je n'ai pas été tendre dans mes paroles. J'ai dit des paroles que je regrette," a expliqué Laurent Silien.

Le ton est ensuite monté,. "L'engueulade a commencé à devenir de plus en plus méchante et je ne l'écoutais plus, je voulais partir. Elle m'a attrapé et je l'ai repoussée violemment. Je suis allé dans la chambre pour prendre mes affaires et partir. J'étais dans un excès de colère. Je l'entendais continuer de s'énerver. Elle est revenue et m'a à nouveau fait des reproches. J'ai alors explosé, j'ai pris la batte de baseball et je l'ai frappée. Je me rappelle avoir donné trois coups, mais j'en ai peut-être donné plus."

Il a ensuite arrangé la scène. "À la fin des faits, j'ai foutu le bordel. Je ne sais pas pourquoi, peut-être pour brouiller les pistes et faire croire à un cambriolage", a-t-il précisé.

Laurent Silien est allé chercher une enveloppe avec une somme de plus de 10 000 euros qui se trouvait dans le garage. "L'argent a toujours été le problème. Je me suis changé et je suis parti avec la voiture et l'argent. Puis, je me suis arrêté et j'ai brûlé l'argent," a-t-il détaillé.

Par après, il s'est rendu chez un ami garagiste pour qu'il regarde à un problème de ceinture sur sa voiture. En revenant, il s'est arrêté à la pompe à essence pour faire le plein et acheter des pizzas. "C'était ce qui avait été prévu plus tôt dans la journée", a raconté Laurent Silien.

Il est rentré chez lui comme s'il ne s'était rien passé. En voyant la victime au sol, il a crié à l'aide et a secoué le corps. "Ce que j'ai vu, c'est un carnage. Par rapport à ce que j'ai vu, ce n'était pas possible que cela soit moi."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be