François-Charles de Velbruck ou le "prince des Lumières"

Portrait: Les Liégeois qui ont fait l’histoire.

L. P.
François-Charles de Velbruck ou le "prince des Lumières"

François-Charles de Velbruck est né en Allemagne, près de Düsseldorf, le 11 juin 1719. En 1735, son frère aîné lui cède sa charge de chanoine de la cathédrale Saint-Lambert.

Il entre dans le conseil privé du prince-évêque Jean-Théodore de Bavière et espère bien lui succéder. Mais la liaison qu’il entretient alors avec Marie-Christine Bouget (Stinette) lui coûtera son élection en 1753.

En 1758, Velbruck, pour sauver les apparences, a arrangé le mariage de Stinette avec un avocat qui sera officiellement le père des deux fils du prince-évêque. Le 16 janvier 1772, cette fois, Velbruck est élu à l’unanimité. Ordonné prêtre, il est sacré évêque la même année.

Velbruck ne combat pas les idées de progrès qui se manifestent de toute part ; au contraire, il les encourage. C'est un vrai " prince des Lumières ".

Il fonde des écoles gratuites, il encourage les arts, crée une école de dessin pour les arts mécaniques ; un cours d’arithmétique ; une académie de peinture ; une école d’accoucheuses. On lui doit la création de la Société libre d’émulation et de la Société littéraire.

Le 30 avril 1784, Velbruck meurt d’une attaque d’apoplexie, dans son château de Hex (dans la province du Limbourg, à quelques kilomètres au sud de Borgloon mais qui faisait à l’époque partie de la principauté de Liège).

À la Révolution, son portrait et les restes de celui que l’on disait franc-maçon seront volontairement épargnés.

Il repose aujourd’hui dans le caveau familial, dans l’église de Hex.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be