Trafic d'être humains : un réseau démantelé en région liégeoise

Trois mandats d'arrêt ont été décernés et ce n'est que le début...

Trafic d'être humains : un réseau démantelé en région liégeoise
©BAUWERAERTS DIDIER

Ce jeudi, la Police Judiciaire de Liège a entrepris une vaste opération “coup de filet” en région liégeoise, une opération que nous n’avons pas ébruitée pour le bien de l’enquête.

En fait, après plusieurs mois d’enquête, les limiers liégeois voulaient, en effet, mettre fin à un vaste réseau de trafic d’êtres humains en provenance des pays de l’Est.

L’enquête aurait en effet permis de démontrer que les trafiquants contactaient des personnes désargentées de la région liégeoise et leur proposaient, le plus souvent contre une rémunération de 5 000 euros, de se rendre en camionnette jusqu’en Turquie et de faire passer des migrants jusqu’en Italie.

Là, les malheureux étaient alors pris en charge par d’autres trafiquants où étaient laissés à leur triste sort. “Les organisateurs du trafic louaient des camionnettes en Allemagne et aux Pays-Bas” explique Damien Leboutte, procureur de division de Liège. “Les chauffeurs prenaient la route sans savoir vraiment où ils allaient. Ils étaient ensuite guidés par WhatsApp jusqu’à un lieu de rendez-vous en Turquie. Ils repartaient ensuite vers l’Italie, toujours avec le même système de guidage”.

En décembre dernier, un habitant de Sprimont et originaire de Seraing avait d’ailleurs été interpellé à la frontière austro-hongroise, alors qu’il venait de décharger 27 personnes, essentiellement originaires du Pakistan et d’Afghanistan. Après une course-poursuite, il avait été arrêté avant d’être condamné, en janvier dernier, à 40 mois de prison.

C’est précisément cette “disparition” du sol belge qui a mis la puce aux oreilles des enquêteurs liégeois.

En fait, le Sprimontois, tout comme un autre jeune homme de la région liégeoise avait été signalé disparu par sa famille et, comme l’autre personne manquante a été “retrouvée” dans une prison de Hongrie. Un troisième larron aurait été arrêté en Croatie.

Signalons ici, que les conditions de “transit” des migrants apparaissent comme étant catastrophiques. Certaines informations font d’ailleurs état de décès durant le transport.

“L’opération de ce jeudi a permis l’interpellation de quatre personnes, passeurs et recruteurs présumés. Trois d’entre elles ont été placées sous mandat d’arrêt”, termine le Procureur de Division liégeois.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be