Subside polémique des Ardentes : "en dehors de toute légalité"

Polémique 340 000 euros sont concédés par la Ville pour le festival et, après, faire un parc.

Liège - Festival Les Ardentes 2017
©Michel Tonneau

La polémique relative à l’accord passé entre la Ville de Liège et le festival des Ardentes existe depuis… le début. Ou plus précisément, depuis que les autorités publiques accordent à cette ASBL devenue Société anonyme, plusieurs centaines de milliers d’euros chaque année… Pour bon service (promotionnel) rendu à la Ville doit-on comprendre.

Mais cette année, plus que jamais, le malaise semble s'être installé durablement, comme en témoignent les échanges passés entre la majorité (PS-MR) et l'opposition à Liège mardi soir. Non pas parce que le montant du subside accordé "à une société dont le but est de faire du profit", relevait l'élu Julien Étienne (Les Engagés), est passé de 200 000 à 340 000 euros - en pleine disette budgétaire, "ce qui porte le montant total des subsides à près d'un million sur la législature", remarquait de son côté Guy Krettels (Vert Ardent). Mais surtout parce que la relocalisation à Rocourt entraîne, à côté de ce subside jugé "scandaleux" par le PTB, une nouvelle convention scellant l'avenir de plusieurs hectares de terrains… terrains initialement destinés à d'autres fins. Et le tout, dans un cadre qui pose question, comme l'a dénoncé l'élu Vega François Schreuer.

"Honteux", "un manque de respect total"

Au cœur du deal entre Liège et les Ardentes, cet accord octroyant donc, durant deux mois, des terrains de plusieurs dizaines d’hectares, situés entre les rues du Village et de l’Arbre Sainte-Barbe, à Rocourt. Deux mois donc, pour préparer quelques jours de festival… et ranger ensuite tout le "bazar"… Mais surtout, une promesse faite aux habitants que rien d’autre ne serait organisé ici durant les 10 mois restants, si ce n’est un parc (et éventuellement un parking temporaire en cas de match du RFCL a-t-on entendu au conseil de Liège ce mardi). À charge des Ardentes de réaliser ce parc… paysager ?

"Dans ce dossier, il faut très sincèrement se ressaisir", a immédiatement réagi le conseiller Vega, "car depuis le début, nous sommes en dehors de toute légalité". Ce qui dérange ? "Pour le dire clairement, vous filez des terrains destinés à du logement social à une société anonyme chargée de créer un parc. On s'apprête donc à bazarder des dizaines d'hectares de réserve foncière". Sans débat. Silence dans l'assemblée.

Sur ce site, souligne encore l'élu passablement énervé, "il faut préciser qu'on trouve également une école de la Ville de Liège, celle d'Horticulture. On se demande donc à quoi vont ressembler ensuite les cultures… Sans compter le fait que deux chapiteaux sont montés ici, durant les examens. C'est hallucinant, c'est un manque de respect total""On voudrait décrédibiliser l'enseignement liégeois qu'on ne s'y prendrait pas autrement". Voilà qui est dit…

Pour valider le subside, c’est un vote nominatif qui a été réclamé et qui est passé… majorité (PS-MR) contre opposition (PTB, Vert Ardent, Les Engagés, Défi, Vega).

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be