Chaudfontaine "Les plateaux ont des responsabilités"

Paola Vigano a présenté le diagnostic du Master plan du bassin-versant de la Vesdre.

Chaudfontaine "Les plateaux ont des responsabilités"

Après Verviers et Eupen, les équipes du bureau d’études Studio Paola Vigano et de l’ULiège étaient à Chaudfontaine ce mardi soir pour présenter aux habitants, particulièrement touchés par les inondations, le diagnostic réalisé à l’échelle du bassin-versant de la Vesdre, première étape de l’élaboration du Master plan commandité par la Région wallonne, en vue de la reconstruction du territoire.

"Nous avons commencé par une immersion de plusieurs jours dans le territoire. Nous nous sommes promenés, nous avons parlé aux habitants…", une population déjà fragilisée, explique d'emblée l'architecte-urbaniste de renom Paola Vigano. Les équipes ont aussi consulté les plans existants, tel que le plan de secteur figé dans les années 70, avec un constat frappant : "Il y a eu une sous-évaluation du risque d'inondation". "Les plans communaux ne parlent pas de l'espace à laisser à la rivière". Or, selon les études menées par l'ULiège, "on aura des étés plus humides et chauds de telle sorte que l'événement de l'année passée, qui était exceptionnel, va se répéter avec le temps. Il sera de retour dans 10 à 20 ans". Après 2050, les inondations vont diminuer pour faire place aux pics de chaleur, aux feux et raréfication de l'eau…

D'un point de vue urbanistique, si le fond de vallée s'est urbanisé dans les années 50, les plateaux se sont urbanisés dans les années 70/80. "Ils ont des responsabilités dans les inondations de la vallée".

En termes de sol, "on a plus de forêt, de résineux qu'au XVIII". L'équipe mise sur un retour de zones de tourbières, assimilées à de "grandes éponges" telles que présentes dans les Hautes Fagnes , "pour permettre aux sols de retrouver une capacité de retenir l'événement". En vallée, "les sols sont plus secs, plus fragiles", sans faire de place à l'eau. Les friches "peuvent jouer un rôle pour donner plus d'espace à la rivière". Si la Vesdre est serrée dans son lit, "l'eau qui tombe sur le plateau redescend trop rapidement dans le fond de la vallée. Dans le futur, il faudrait retrouver cette capacité du sol à retenir l'eau". Le Plateau agricole de Herve "véritable joyau, peut aussi jouer un rôle important en retrouvant une présence de végétation". L'erreur ayant été de construire une zone industrielle sur ce territoire.

Résilience

En conclusion, pour Paola Vigano, "il faut regarder la vallée comme un vrai sujet", qui a un comportement spécifique. Dans le futur, "plutôt que résister, il faudra être résilient", autrement dit "avoir la capacité d'accueillir et restituer l'eau". "Il y a des potentiels de résilience".

Viendra ensuite le développement de scénarios pour le futur pour la vallée, avant une mise en œuvre sur le terrain.

Au terme de cette présentation, la trentaine de Calidifontains aura livré leurs commentaires/interrogations aux équipes : "comment actualiser le plan de secteur ? Comment sensibiliser les plateaux ? Faut-il appliquer le stop béton ?" Pour Didier (58 ans), sinistré, "il ne faut pas que subir, il faut aussi tirer les leçons pour répondre aux enjeux futurs". La réponse devra être collective.

À noter que des permanences individuelles seront organisées dans les communes pour permettre à chacun de poser ses questions.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be