Cafés de la Grand-Place de Huy : le couvre-feu est prolongé

Les cafés de la Grand-Place, à Huy, doivent fermer à 2 h du matin. Un couvre-feu décidé il y a quelques mois et qui est prolongé.

Catherine Duchateau
photo DH
©Bauweraerts Didier

Depuis février dernier, les cafetiers de la Grand-Place, à Huy, n’ont d’autre choix que de fermer leur établissement à 2 h du matin. Une décision que le bourgmestre f.f. Éric Dosogne a prise après les débordements de novembre dernier lorsqu’une bagarre mortelle avait éclaté sur la Grand-Place.

Et là, le bourgmestre a fait voter, au conseil communal, la prolongation de l'ordonnance prise. Et ce, pour une période de trois mois supplémentaire. Et pour les festivités du 15 août ? "La période du 15 août est concernée mais il y aura une dérogation, a expliqué Éric Dosogne. C'est important pour garantir la sécurité des amusements sur la Grand-Place."

Travailler à la racine

La mesure est importante, "d'autant plus pour ces trois mois à venir car c'est la période estivale et celle des animations", commente l'écolo Rodrigue Demeuse. "Huy doit rester une ville de fête, mais tout le monde doit s'amuser en toute sécurité. C'est un équilibre à trouver."

N'empêche selon l'Ecolo, un tel couvre-feu doit rester l'exception. "L'équilibre, on l'avait trouvé la dernière fois en mettant la mesure sur une période de trois mois." À l'époque, il y avait d'ailleurs eu une réunion avec la commission et les commerçants. Et la mesure s'était basée sur des chiffres fournis par la police.

Et aujourd'hui ? "On doit prolonger mais il n'y a pas eu de concertation et on n'a aucun nouveau chiffre sur les interventions, reconnaît Rodrigue Demeuse. Y a-t-il une amélioration ou pas ? On doit vous croire sur parole."

Le bourgmestre f.f. Éric Dosogne l'affirme : il a eu des contacts avec les gens. Clairement "deux établissements ne veulent pas respecter les règles. Sinon, les autres sur la grand-place et autour sont très satisfaits de la mesure. Le but, c'est de permettre l'amusement mais de diminuer les faits délictueux. On veut que Huy reste une ville festive et où on peut s'amuser en toute sécurité".

Mais il l'a promis, le bourgmestre va réunir la commission avec le chef de corps de la zone de police pour avoir les chiffres. "Dommage que la commission arrive après la décision de prolongation, a ajouté Rodrigue Demeuse. Mais il faut aussi travailler à la racine du problème, en consacrant davantage de moyens à la prévention."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be