Grâce-Hollogne : Une véritable caverne d’Ali Baba dans un squat

Les policiers ont découvert des centaines d’objets volés dans toute la région en moins de trois mois

Sarah Rasujew
Grâce-Hollogne : Une véritable caverne d’Ali Baba dans un squat
©D.R.

Le parquet a requis des peines allant d’un à quatre ans de prison devant le tribunal correctionnel de Liège à l’encontre de huit prévenus en séjour illégal sur le territoire belge âgés de 19 à 29 ans poursuivis pour une trentaine de faits de vols commis de juillet à octobre 2021 dans toute la Belgique. Les faits ont été découverts à la suite d’un simple contrôle routier. Les suspects, qui n’ont aucun revenus déclarés, circulaient à bord d’une rutilante Audi A3…

Le 30 septembre dernier, la police a été attirée par un véhicule qui circulait dans les environs de Grâce-Hollogne. A son bord se trouvaient plusieurs des suspects. Les inspecteurs ont remarqué que les plaques apposées sur la voiture avaient été signalées comme ayant été volées. La voiture avait également été volée. Les policiers ont décidé de contrôler le véhicule. Les inspecteurs ont découvert que toute une série de personnes qui se trouvaient en séjour illégal sur le territoire logeaient dans un squat situé rue Lombard à Grâce-Hollogne. L’occupant des lieux étaient absent et les voleurs en ont profité pour investir les lieux.

Une perquisition a été réalisée sur place et les policiers n’en croyaient pas leurs yeux. En effet, l’endroit était une véritable caverne d’Ali Baba recelant des centaines d’objets volés en quelques mois. Tous les étages de la maison étaient remplis d’objets dérobés. Suite à l’enquête, les suspects doivent répondre de près d’une trentaine de faits de vols commis dans les voitures, mais aussi des maisons. Lors de certains des faits, ils ont pénétré dans des maisons pendant que les occupants étaient endormis. Les suspects doivent répondre de faits commis à Liège, Saint-Nicolas, Seraing, Grâce-Hollogne, mais également Jemeppe-sur-Meuse et Bastogne. Ils sont soupçonnés d’avoir dérobé des vêtements, des cosmétiques, des sacs à main, des téléphones, des playstations, des bijoux, des télévisions, mais aussi des cartes bancaires, du numéraires parfum, des objets électroniques et informatiques, des clés et aussi des véhicules de toutes sortes.

La police a fait passer des appels à témoins dans les médias pour tenter de retrouver les propriétaires de tous les objets retrouvés dans le squat. Lors d'un des cambriolages, les voleurs ont tagué des insultes sur les murs de l'habitation. Un comportement qui a particulièrement déplu à la juge. " C'est vraiment minable de se comporter de la sorte", a-t-elle déclaré. Une réaction qui a fait sourire un des prévenus… Les suspects n'ont avoué que l'incontestable et encore. En effet, alors que l'ADN de l'un a été retrouvé sur une boîte de soda laissée devant une habitation cambriolée, le prévenu a prétendu qu'il ne se trouvait pas sur place tandis que ses complices avouent avoir commis le vol. Un autre, reconnu par un voisin ou filmé, a nié avoir participé aux faits. "Regardez un peu mieux s'il vous plait, je suis certain que ce n'est pas moi."

Le ministère public a requis des peines d'un an, deux ans, trente mois, quarante mois et quatre ans de prison contre les prévenus suivant le nombre de faits dans lesquels ils sont impliqués.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be