Les mineurs tabassent en bande des victimes: "J’ai la haine sur mes faits"

Le prévenu avait entre autres pour habitude de frapper les personnes au sol avec une ceinture.

Les mineurs tabassent en bande des victimes: "J’ai la haine sur mes faits"
©Shutterstock

Smail, 18 ans, encourt 30 mois de prison ferme devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir commis de violentes agressions dans les rues de Liège en compagnie de mineurs d’âge.

Constantinos, son complice, pourrait se voir condamné à 15 mois de prison ferme.

Lors de sa comparution devant le juge, Smail avait une attitude qui tranche avec la violence qu’il a déployée. En larmes, il a dit avoir des regrets.

Mais sur les images de vidéosurveillance, c’est un jeune homme particulièrement fier des faits qu’il venait de commettre qui a été photographié.

Il a pour particularité d’utiliser ses poings, ses pieds, ses genoux, mais aussi une ceinture pour violenter les victimes, parfois même au sol.

Déjà lorsqu’il était mineur d’âge, il a été présenté au juge de la jeunesse. En juillet 2021, c’est dans un café du Carré que Smail, son frère jumeau et un ami se sont fait remarquer. Ils ont porté des coups au garçon de café, mais aussi à un client. Smail a déjà fait usage de sa ceinture.

Le 5 septembre, c’est non loin du quartier du Carré qu’il aurait une nouvelle fois commis une violente agression, avant de s’en prendre à un couple qui tentait d’aider la victime abandonnée baignant dans son sang.

Smail devait également répondre d’avoir porté deux coups de poing à un homme qui a refusé de lui donner des cigarettes.

"Vous pleurez ?" a questionné la juge. Visiblement ému, il a répondu : "J'ai la haine sur mes faits, je regrette." L'avocate de la défense a plaidé une peine de travail ou une probation autonome.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be