Liège : L’employé de la société photovoltaïque escroque le septuagénaire

Il lui a soutiré 3 800 euros en faisant croire qu’il avait un mandat de son patron pour recevoir l’argent

Sarah Rasujew
Liège : L’employé de la société photovoltaïque escroque le septuagénaire
©RASUJEW

Gjunes, un Montois âgé de 31 ans, a écopé de huit mois de prison avec sursis devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir escroqué un septuagénaire lors de la pose de panneaux photovoltaïques. Le 2 mars 2020 Paul, âgé de 72 ans, s’est rendu dans un commissariat liégeois après avoir été victime d’un abus de confiance. Il a expliqué avoir fait appel à une société pour la pose de panneaux photovoltaïques. Le 11 février, il a effectué le paiement de la facture de 3 800 euros en espèces à un employé de la société qui s’est présenté à son domicile.

À la demande du septuagénaire, il a signé un reçu sur la facture. Le lendemain, le patron de la société l'a contacté pour lui réclamer le paiement et lui a fait part du fait que Gjunes n'était pas mandaté pour recevoir l'argent ! Entendu, le suspect a contesté avoir commis les faits. Il a même été jusqu'à affirmer qu'il n'avait jamais travaillé comme commercial pour cette entreprise. "Ses dénégations ne convainquent pas", relève le tribunal.

En effet, le patron de la société a déclaré que l’intéressé faisait bien partie de son personnel même si’l n’a effectué qu’une seule négociation pour son compte. Il dispose d’ailleurs d’une copie de sa carte d’identité. La victime a formellement reconnu le suspect comme étant celui à qui elle a remis la somme de 3 800 euros. L’enquête de téléphonie a démontré que le numéro de GSM utilisé pour contacter la victime et lui donner rendez-vous est attribué à l’épouse du suspect. Lors de l’instruction d’audience devant le tribunal, le suspect a d’abord déclaré qu’il ne voulait rien dire.

Après avoir entendu la plaidoirie de son avocat, il est passé aux aveux ! Il a expliqué que son patron lui devait beaucoup d’argent et qu'il a décidé de réclamer le paiement et de conserver la somme payée par le client. Il n’a toutefois exprimé aucun regrets. Le prévenu avait déjà bénéficié d’une peine de travail en 2018 et elle n’a toujours pas été effectuée à ce jour. Il a toutefois demandé une nouvelle peine de travail qui ne lui a pas été accordée par le tribunal.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be