Jean Rey : un des pères de l’Europe

LES LIéGEOIS QUI ONT FAIT L’HISTOIRE Sa vie a toujours été imprégnée de sa religion protestante.

La rédaction
PERSONALITIES DIPLOMACY
©BELGAIMAGE

Jean Rey est né à Liège le 15 juillet 1902. Pour élever ses quatre fils et sa fille, le père, d’origine suisse, n’a que son traitement de pasteur protestant. L’éducation familiale marquera toute la vie de Jean Rey, qui restera toujours profondément attaché à sa religion protestante.

Après l’athénée, ce sera l’université de Liège où il termine ses études de droit avec la plus grande distinction. Robert Planchar, directeur honoraire du Port autonome de Liège, qui fut l’un de ses proches collaborateurs, raconte que si Jean Rey avait dû se contenter de la vice-présidence de la Fédération des étudiants libéraux, c’est parce que les étudiants ne voulaient pas d’un président qui ne buvait pas d’alcool et ne participait pas aux guindailles !

Membre du Parti libéral en 1924, il est inscrit au barreau de Liège, de 1926 à 1958, lorsqu’il entre à la Commission européenne. Puis franc-maçon dès 1931.

Jean Rey ne cache pas ses préférences pour une gauche libérale. En 1935, il entre au conseil communal de Liège et en 1939, il est élu député de Liège.

Thèse fédéraliste

Officier de réserve, Jean Rey est fait prisonnier en 1940. De retour après cinq années de captivité, il participe, en 1945, au Congrès wallon de Liège où il soutient la thèse fédéraliste. Ministre à plusieurs reprises, c’est surtout dans la construction de l’Europe qu’il va s’illustrer.

Il présidera le conseil spécial des ministres de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier), la Commission des communautés européennes de 1967 à 1970 ainsi que le Mouvement européen de 1974 à 1978.

Jean Rey meurt à Liège le 19 mai 1983.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be