Une pétition pour préserver les espaces verts et les terres agricoles

Liège Le collectif Occupons le terrain se lance dans une ambitieuse campagne… préélectorale.

Une pétition pour préserver les espaces verts et les terres agricoles

La plateforme Ry-Ponet, le groupement CHB, Stop Alibaba&co ou encore Un Air de Chartreuse, Touche pas à mes Vennes et Les Grenouilles du bois l'Évêque… autant de noms évocateurs d'associations menant des luttes citoyennes et qui, ces dernières années, sont montées aux barricades en région liégeoise pour dire "Stop au béton".

Enhardi par la mobilisation face à l'extension de Liège Airport et, chose rare, au retrait des projets immobiliers à la Chartreuse du groupe Matexi, c'est aujourd'hui un large collectif qui se construit, sous le nom d'Occupons le terrain. Ce mardi 4 octobre, Jean Peltier, Laurence Falisse et René Denomerenge, ses représentants, ont présenté leur chantier pour ces deux prochaines années… sans béton mais avec une ambition claire : atteindre plus de 10 000 signatures afin de sensibiliser au maximum les pouvoirs publics à leur cause : "Du logement pour toutes et tous, en sauvant les espaces verts et les terres agricoles".

Durable et social

"En effet généralement, on a tendance à opposer la question des espaces verts et de la justice sociale", explique Laurence Falisse, elle-même membre du groupement CHB, "mais ce n'est pas notre conception, bien au contraire. Nous pensons que ces deux priorités peuvent être reliées, en créant du logement pour toutes et tous donc mais en sauvant notre environnement". Durable et social… Les deux ambitions se rejoignent pour améliorer la qualité de vie doit-on comprendre.

D'un côté, il s'agit de "lutter contre le dérèglement climatique et de limiter l'impact des inondations, des canicules". Comment ? "En préservant les sols capables d'absorber les pluies ainsi que les couverts forestiers et les espaces verts rafraîchissants". En protégeant les espaces agricoles aussi, "afin de nourrir les habitants dans des circuits courts".

De l'autre, il faut "reconstruire la ville sur la ville de manière écologique et solidaire. Rénover le bâti ancien, réoccuper les logements vides, remplir les dents creuses, réaffecter les friches industrielles et la mobilité douce… le tout en faisant tout pour que les personnes et les familles à faibles revenus puissent aussi disposer d'un logement décent". Autant d'objectifs défendus par le collectif…

Horizon 2024

"Notre volonté avec cette pétition est d'avoir un soutien symbolique pour les futures interpellations citoyennes". Celles qui seront portées dans les conseils communaux donc, adressés aux politiques qui ont un pouvoir d'action ; et pourquoi pas jusque dans le parlement wallon où sévit ce fâcheux plan de secteur. Objectif sensibilisation avant les élections communales et régionales 2024.

L'espoir est, aujourd'hui, plus que présent, comme nous le confiait ce mardi encore Jean Peltier. "Avec des combats comme la Chartreuse, le Ry-Ponet, le Cristal Park ou Liege Airport, on voit à quel point du chemin a été parcouru. Il y a effectivement une sensibilité et une attention plus grande, tant du côté de la population que des pouvoirs publics"… Le contexte semble favorable… "mais malgré tout, l'exode et l'étalement urbain continuent. Pour un projet qui génère une levée de boucliers, ce sont dix qui passent. Nous avons donc encore des raisons d'être inquiets".

La pétition du collectif, qui en réunit une trentaine, est accessible via le site occuponsleterrain.be...

“Les besoins en logements à Liège sont surestimés”

Face aux requêtes du collectif, cet objectif affiché par les 24 communes de l’arrondissement de Lilège : la construction de 45 000 logements à l’horizon 2035. Une ambition jugée nécessaire en 2017 et, depuis, inscrite dans le Schéma de développement de l’arrondissement de Liège. Deux ambitions contradictoires ? Pas réellement estime Jean Peltier, qui dénonce aujourd’hui des chiffres “obsolètes”. “En effet, ces estimations sont basées sur des statistiques qui datent de 2015”, indique le militant “et si on observe les chiffres aujourd’hui, du Bureau du Plan et de l’Institut wallon de statistique, on peut clairement remettre le tout en question… Il n’est plus question de 45 000 nouveaux ménages mais bien 11 à 12 000”. Et Jean Peltier de conclure dès lors que “si on compare avec ce qui a été fait depuis l’annonce des besoins, on peut même dire qu’on a terminé de remplir les objectifs fixés”.

Deux souhaits sont dès lors avancés : “qu’il y ait un minimum de réflexion chez Liège Métropole par rapport à ces chiffres et que le bureau d’études Pluris fournisse une réévaluation et une réactualisation de ce qui avait été dit à l’époque”…

Une pétition pour préserver les espaces verts et les terres agricoles
©tonneau
Une pétition pour préserver les espaces verts et les terres agricoles
©tonneau

Que les 24 communes s’engagent à…

Avec cette pétition, le collectif demande précisément aux 24 communes de l’arrondissement de Liège de s’engager à :

Refuser systématiquement toute demande de permis concernant des espaces verts et des terres agricoles qui contribuent à la préservation de l’environnement, la santé et la qualité de vie de la population ;

Lancer une procédure de modification du plan de secteur si les autres mesures ne suffisent pas à protéger définitivement ces espaces menacés ;

Imposer la priorité à la rénovation du bâti existant, à l’occupation des logements inoccupés et à la réaffectation des friches industrielles et commerciales, dans la perspective de développer le logement en ayant une attention particulière pour les personnes à faibles revenus.

Une pétition pour préserver les espaces verts et les terres agricoles
©tonneau

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be